17/06/2016 | Le Point Vétérinaire.fr

© Cirale-ENVA

Le point sur l’asthme équin modéré (maladie inflammatoire des petites voies respiratoires)

La maladie inflammatoire des petites voies respiratoires (MIPVR) et la maladie obstructive récurrente des voies respiratoires (MORVR) ne représenteraient pas deux affections distinctes, mais deux degrés de sévérité différents d’un même syndrome respiratoire chronique, inflammatoire et obstructif, impliquant largement l’environnement du cheval : l’“asthme équin”, respectivement modéré et sévère. Le diagnostic d’asthme équin modéré est fondé sur : la présence de signes cliniques respiratoires ; la documentation d’une inflammation respiratoire par un excès de mucus trachéal, des anomalies cytologiques du lavage broncho-alvéolaire ou une fonction pulmonaire anormale ; et l’exclusion d’autres troubles respiratoires. À ce jour, l’administration de corticostéroïdes reste la thérapie médicamenteuse de choix pour traiter l’asthme équin (modéré et sévère), mais n’est que partiellement efficace en l’absence de mesures sanitaires simultanées. À l’inverse, le contrôle de l’environnement et une thérapie médicamenteuse présentent un effet synergique et potentiellement durable sur ce syndrome.

Éric Richard et coll.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...