04/11/2014 | Le Point Vétérinaire.fr

©

L’anémie infectieuse des équidés
en France métropolitaine

Le virus de l’anémie infectieuse des équidés (equine infectious anemia virus, ou EIAV) appartient à la famille des Retroviridae, genre lentivirus. Le EIAV est responsable d’une infection persistante associée à l’apparition de signes cliniques peu évocateurs, tels qu’une fièvre, une anémie et une anorexie. Les équidés infectés asymptomatiques sont les réservoirs du virus. La transmission virale s’effectue par l’intermédiaire d’insectes hématophages (tabanidés et stomoxes) ou par voie iatrogène. En France, des foyers sporadiques sont régulièrement déclarés depuis 2007. La majorité des foyers est mis en évidence à la suite de l’apparition de symptômes évocateurs de la piroplasmose chez un ou plusieurs équidés. En l’absence d’amélioration apportée par le traitement contre la piroplasmose, une suspicion d’anémie infectieuse des équidés (AIE) est alors évoquée par le vétérinaire traitant. En effet, l’AIE fait partie du diagnostic différentiel qui doit être demandé dans le cas d’un syndrome piro-like.
Cet article passe en revue les signes cliniques associés à l’infection, les modes de transmission, le diagnostic, ainsi qu’une description des derniers foyers déclarés en France métropolitaine.

Aymeric Hans et coll.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...