04/11/2014 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Diagnostic étiologique des avortements
infectieux chez la jument : examen du fœtus
et des annexes fœtales

Chez la jument, un tiers des avortements serait dû à des causes infectieuses qui impliquent des virus, des bactéries ou des champignons. En complément des prélèvements effectués chez la poulinière et éventuellement d’autres chevaux de l’élevage, l’établissement du diagnostic étiologique des avortements infectieux requiert un examen post-mortem complet du fœtus et de ses annexes. Selon les informations épidémiologiques et cliniques recueillies et les observations faites au cours de l’autopsie, des échantillons de divers liquides, tissus ou organes sont collectés en vue d’analyses virologiques, bactériologiques, fongiques ou histologiques, et adressés aux laboratoires compétents. L’interprétation des résultats virologiques est simple, et la détection d’un virus abortif (herpèsvirus équin 1 ou virus de l’artérite virale équine) par PCR (polymerase chain reaction) ou isolement sur des cultures cellulaires suffit pour conclure à un avortement viral. En revanche, l’interprétation des résultats bactériologiques ou mycologiques est plus complexe en raison de la présence de microorganismes contaminants, notamment sur le placenta, et doit se fonder sur l’existence de lésions macroscopiques ou histologiques significatives.

Claire Laugier et coll.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...