Particularités de l’espèce asine illustrées à partir de trois maladies infectieuses fréquemment rencontrées

En raison des nombreux points communs qui rapprochent les espèces asine et équine, les ânes sont souvent considérés et traités comme de petits chevaux. Or l’étude des maladies infectieuses rencontrées dans ces espèces permet de mettre en évidence des caractéristiques propres à chacune d’entre elles. Ces particularités se retrouvent au niveau étiologique avec l’existence d’espèces bactériennes spécifiques, comme Taylorella asinigenitalis dans la métrite contagieuse équine, ou de souches virales asines, parmi les herpèsvirus et dans l’artérite virale équine. Cela engendre des particularités pour établir le diagnostic qui doit permettre l’identification et la différenciation des différents agents pathogènes. Mais ces particularités se retrouvent aussi et surtout dans l’expression clinique liée à ces infections. Ainsi, la métrite contagieuse équine et l’artérite virale équine passent inaperçues chez les ânes, dans les conditions naturelles, alors qu’elles provoquent respectivement de l’infertilité et des avortements dans l’espèce équine.

Laure Nélias et coll.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...