Pratique vétérinaire équine n° 178 du 01/04/2013

Éditorial

Anne Couroucé-Malblanc

La gourme est une affection très contagieuse et présente sur tous les continents. Plusieurs formes de la maladie sont décrites. La présentation classique, bien connue, se caractérise par une hypertrophie et une abcédation des nœuds lymphatiques sous-mandibulaires et/ou rétropharyngiens. Dans les formes d’expression clinique plus fruste, les chevaux sont excréteurs et contagieux sans présenter de signes cliniques spécifiques ou manifestes. Les animaux sont malades, mais asymptomatiques ou bien porteurs sains chroniques.

Cette source de contamination non détectable cliniquement rend la mise en place de mesures sanitaires indispensable lors de l’introduction de nouveaux animaux dans une écurie. La prévention est donc la clé de la gestion de cette maladie qui peut mettre en danger la vie du cheval et dont la gestion du traitement n’est pas toujours évidente. Ainsi, il est nécessaire d’instaurer une quarantaine de durée suffisante, avec un isolement des nouveaux venus, une sérologie pour évaluer si le cheval a été récemment en contact avec la bactérie, puis, si nécessaire, une endoscopie et un lavage des poches gutturales pour culture et PCR.

Des vaccins existent aux États-Unis et en Europe. Toutefois, s’ils assurent une bonne protection des animaux, celle-ci est de courte durée, ce qui rend leur utilisation non systématique et limitée à des situations à risque. Nul doute que l’avenir nous permettra d’améliorer ce point. En attendant, il convient de se focaliser sur le diagnostic de l’affection et sa prévention pour éviter la propagation de ce fléau.

La gourme est, certes, une vieille maladie, mais beaucoup de questions restent en suspens à son sujet :

– les antibiotiques doivent-ils faire partie de l’arsenal thérapeutique ?

– quels tests de laboratoire utiliser pour diagnostiquer des porteurs sains ?

– comment gérer une situation de crise (épidémie de gourme) dans un effectif ?

– quels chevaux ou quels effectifs vacciner ?

– quelle sérologie mettre en œuvre et dans quels cas ?

Ce numéro de Pratique Vétérinaire Équine aborde différents aspects de la maladie à travers quatre articles qui traitent successivement du diagnostic clinique, du diagnostic de laboratoire, du traitement et de la prévention, et de la gestion d’une épidémie. Nous espérons qu’ils permettront de répondre à toutes ces questions et à toutes vos interrogations sur cette maladie.

Bonne lecture à toutes et à tous.

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...