Le point Vétérinaire Rural n° 335 du 01/05/2013

CHIRURGIE CHEZ LA VACHE LAITIÈRE

Cas clinique

Michaël Lallemand

Clinique vétérinaire St-Léonard,
La Barre 49120 Chemillé-Melay
lallemand.michael@wanadoo.fr

Cette technique facile à mettre en œuvre ne nécessite aucun matériel particulier. L’intervention est à proposer rapidement. Le diagnostic doit donc être précoce.

Résumé

Une vache laitière holstein haute productrice, atteinte d’une forme non obstructive de syndrome hémorragique intestinal (SHI), est traitée avec succès par taxis manuel du caillot sanguin intraluminal. La présence de signes cliniques évocateurs a permis de mettre rapidement en œuvre un traitement chirurgical, assorti d’un pronostic bien meilleur que le seul abord médical. La technique avec taxis manuel semble la plus simple, la plus souvent utilisée et d’un pronostic de survie à court terme pouvant atteindre 76 %. L’hypothèse étiologique récente, d’une association pathogène entre des mycotoxines et des souches de colibacilles producteurs de shigatoxines (STEC) mériterait d’être validée par de plus amples recherches.

Summary

Intestinal bleeding syndrome in a Holstein cured by manual taxis

A high production Holstein dairy cow, with a form of non-obstructive intestinal bleeding syndrome (IBS) was successfully treated using manual advancement of the intraluminal clot. Surgical treatment was rapidly implemented after observation of characteristic clinical signs and provided a much better prognosis than medical treatment alone. The technical of manual taxis appears to be the most simple and most frequently used, and the short-term survival prognosis can reach up to 76 %. The recent etiological hypothesis of an association between mycotoxins and pathogenic strains of Shiga toxin-producing E. coli (STEC) remains to be validated by further research.

Key words

Intestinal hemorrhage syndrome, dairy cow, surgery, manual taxis, Clostridium, mycotoxin, colibacilli
Le syndrome hémorragique intestinal (SHI) est une affection digestive grave, qui affecte en priorité des vaches laitières hautes productrices (VLHP), au sein d’élevages à la recherche d’une forte productivité. Son pronostic a été décrit comme particulièrement sombre dans les premières études publiées sur le sujet. Le cas décrit dans cet article illustre que, en l’absence de contre-indication, la technique de rupture manuelle du caillot sanguin par taxis semble être une option de choix pour un pronostic nettement moins défavorable, voire ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK