Le point Vétérinaire Rural n° 335 du 01/05/2013

AFFECTIONS D’ORIGINE ALIMENTAIRE CHEZ LES BOVINS LAITIERS

Avis d’experts

Krzysztof Lutnicki

Département et clinique de médecine interne
des animaux d’élevage et des chevaux
20-162 Lublin (Pologne)
krzysztof.lutnicki@up.liblin.pl

Un cas de mycotoxicose impliquant la zéaralénone et la déoxynivalénol, toxines de Fusarium, a été exploré.

Résumé

Un cas de mycotoxicose dans un élevage où une dizaine de vaches laitières sont mortes de manière aiguë a été publié récemment par une équipe du service de médecine interne de Lublin (Pologne). Des anomalies sanguines, biochimiques et lésionnelles ont été mises en évidence, en association avec des valeurs sanguines de déoxynivalénol élevées, parfois concomitamment à celles de la zéaralénone. Une lymphotoxicité entéritique locale, avec une synergie entre ces deux mycotoxines, pourrait expliquer l’action pathogène de ces métabolites du champignon Fusarium, régulièrement identifiés dans les ensilages en climat tempéré.

Summary

(Auto-) immune process in mycotoxicosis : evidence

A case of mycotoxicosis on a farm where a dozen cows died suddenly was recently published by the team of the internal medicine department of Lublin (Poland). Blood, biochemical and lesional abnormalities were identified in association with high blood levels of deoxynivalenol, sometimes simultaneously with those of zearalenone. A localised enteric lymphotoxicity, with a synergy between these two mycotoxins could explain the pathogenic action of these metabolites of the fungus Fusarium regularly identified in silage in temperate climates.

Key words

Mycotoxins, zearalenone, deoxynivalenol, chromatography, mortality, dairy cow
Les mycotoxines zéaralénone (ZEA) et déoxynivalénol (DON) issues de champignons du genre Fusarium sont actuellement parmi les plus souvent mises en évidence dans les pays d’élevage occidentaux à climat tempéré lors de suspicion de mycotoxicose en élevage bovin [1, 10]. Elles ne sont pas les plus quantitativement documentées dans les publications, l’historique des mycotoxicoses s’étant plutôt construit autour de mycotoxines contaminants alimentaires de climat tropical telles les aflatoxines. Confirmer une suspicion coûte relativement cher eu égard au prix des analyses ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK