Le point Vétérinaire Rural n° 335 du 01/05/2013

ISOLEMENT DES AGENTS DE MAMMITES

Article original

Ellen Schmitt-van de Leemput*, Nicolas Gaudout**, Olivier Samson***, Daniel Lhuillier****, Guillaume Lhermie*****


*Clinique vétérinaire Haute-Mayenne,
1, rue Pasteur 53700 Villaines-la-Juhel
**Clinique vétérinaire Haute-Mayenne,
1, rue Pasteur 53700 Villaines-la-Juhel
***Clinique vétérinaire Haute-Mayenne,
1, rue Pasteur 53700 Villaines-la-Juhel
****Clinique vétérinaire Haute-Mayenne,
1, rue Pasteur 53700 Villaines-la-Juhel
*****Vétoquinol, 34, rue du Chêne-St-Anne, BP 189,
70204 Lure Cedex

Avec VétoRapid®, une seule gélose est ensemencée, laissée incubée à 24 heures et lue sans ajouter de réactif.

Résumé

Le kit VétoRapid® a été étudié comparativement à une autre méthode de bactériologie simplifiée adaptée à l’utilisation en clientèle en France, pour 15 prélèvements de quatre bactéries pathogènes mammaires précédemment isolées en clientèle : Escherichia coli (n = 15), Staphylococcus aureus (n = 15), Staphylococcuscoagulase négative (n = 15), et Streptococcus uberis. La méthode est fiable pour ces bactéries, ne nécessite pas de réactifs supplémentaires et la lecture est 63 % plus rapide. La pousse de bactéries “hors secteur” et l’aspect obtenu lors de prélèvements contaminés sont discutés.

Summary

Comparison of two methods for identifying bacterial in practice

VétoRapid Kit® was studied in comparison to other methods of simplified bacteriology adapted for use in practice in France. The results for 15 samples of four pathogenic mammary bacteria previously isolated in practice were Escherichia coli (n = 15), Staphylococcus aureus (n = 15), coagulase-negative Staphylococcus (n = 15), and Streptococcus uberis. The method is reliable for these bacteria, does not require additional reagents and reading is 63 % faster. The growth of bacteria “outside the area” and the appearance of contaminated samples are discussed.

Key words

Mammary bacteriology, Staphylococcus, Streptococcus, E. coli
Dans les élevages laitiers, les infections mammaires représentent l’affection la plus fréquemment rencontrée et constituent la première source d’utilisation d’antibiotiques. Connaître l’identité des agents pathogènes en cause permet de concevoir des stratégies de traitement et de prévention adaptées à l’élevage. Plusieurs méthodes d’identification des bactéries à tropisme mammaire sont décrites, dont la bactériologie et la polymerase chain reaction (PCR) [2]. Elles ont un prix de revient élevé et le délai de réponse est long. Elles sont sous-utilisées et les protocoles préventifs ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK