Le Point Vétérinaire Expert Rural n° 332 du 01/01/2013

Dossier

Pathogénie de la hernie discale chez le chien

Jennifer Carayol et Guillaume Ragetly

La hernie discale, cause la plus fréquente de traumatisme nerveux chez le chien,

est liée à une dégénérescence du disque intervertébral qui est composé de l’anneau fibreux, du noyau pulpeux et des plateaux cartilagineux.

L’extrusion du disque, ou hernie discale de type Hansen I,

est due à une dégénérescence chondroïde du disque et est caractérisée par une rupture complète de l’anneau fibreux avec une translocation du noyau pulpeux dans le canal vertébral.

La protrusion du disque, ou hernie discale de type Hansen II,

est due à une métaplasie fibroïde avec un renflement du disque.

Les traumatismes de la moelle épinière associés aux hernies discales

se font par commotion ou par compression, avec des conséquences directes et indirectes.

L’imagerie au service du diagnostic de hernie discale

Guillaume Ragetly et coll.

Lors de hernie discale, la myélographie

permet le plus souvent de mettre en évidence une compression extradurale, mais pas d’identifier la nature exacte de la lésion.

Le scanner

est un examen de choix pour l’imagerie du rachis. Il est particulièrement utile lors de hernie discale par extrusion.

Les différentes séquences d’imagerie par résonance magnétique

précisent l’emplacement, la latéralisation et l’étendue du matériel discal extrudé. Elles permettent aussi d’évaluer les effets secondaires sur la moelle épinière.

Le pronostic

de lésions médullaires peut être déterminé à l’imagerie par résonance magnétique.

Hernie discale thoraco-lombaire chez le chien

Chantal Ragetly et Guillaume Ragetly

85 % des hernies discales sont thoraco-lombaires,

avec une forte prédisposition pour les races chondrodystrophiques (particulièrement les bouledogues français et les teckels).

La myélopathie engendre un tableau clinique dont la sévérité est graduée sur une échelle de 1 à 5,

avec des recommandations thérapeutiques correspondantes.

Pour les deux premiers stades, un traitement médical est privilégié :

cageothérapie, anti-inflammatoires, analgésiques et relaxants musculaires, le cas échéant.

Pour les autres stades (ou en cas de récidive), le traitement est chirurgical.

Il s’agit d’une décompression médullaire, le plus souvent par hémilaminectomie.

Le taux de récupération est de l’ordre de 80 à 96 %,

sauf si la sensibilité douloureuse profonde est absente (il tombe à 29 à 76 %, ou moins, si ce défaut de sensibilité dure depuis plus de 48 heures).

Hernie discale cervicale chez le chien

Guillaume Ragetly et Chantal Ragetly

15 % des hernies discales sont cervicales.

80 % des chiens atteints sont chondrodystrophiques.

Le signe clinique le plus fréquent est une douleur cervicale,

parfois accompagnée d’un déficit neurologique (allant de la compression d’une racine nerveuse à une tétraplégie).

Le traitement chirurgical est une décompression médullaire,

essentiellement une corpectomie ventrale.

Le taux de récupération

des chiens ambulatoires est de l’ordre de 96 à 91 % à 28 jours et 100 % à 365 jours.

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...