Le Point Vétérinaire Expert Canin n° 339 du 01/10/2013

MÉDECINE FÉLINE

Cas clinique

Alexia Vrevin*, Bruno lacombre**, Stéphane Krief***


*DicomVet Imagerie Médicale Vétérinaire
37, chemin de la Trévaresse, 13540 Puyricard
**Clinique vétérinaire de Garéoult
6, impasse Émile-Zola
83136 Garéoult
***Clinique vétérinaire La Provençale
Allées des Combes
13680 Lançon

Une molécule humaine : la rutine, facile à prescrire et sans effets secondaires, permet de traiter médicalement des chylothorax idiopathiques.

Résumé

→ Chez deux chats, un chylothorax se met en place progressivement et déclenche une insuffisance respiratoire. Une thoracocentèse confirme la nature de l’épanchement et soulage les animaux. L’imagerie médicale permet d’exclure les différentes causes de chylothorax et un diagnostic de chylothorax idiopathique est établi. Le traitement médical fait appel à un changement d’alimentation et à la rutine. Très rapidement, l’état général se stabilise. L’amélioration est un peu plus longue pour le second chat qui présente une pleurésie fibrosante.

Summary

Medical treatment of idiopathic chylothorax in two cats using rutin

→ Chylothorax occurred gradually and caused respiratory insufficiency in two cats. Thoracentesis was performed to confirm both the nature of the effusion and to relieve the animals1 respiratory distress. Medical imaging was used to exclude the different causes of chylothorax and a diagnosis of idiopathic chylothorax was established. Medical treatment involved a change in diet and rutin. The cats1 general condition was stabilised rapidly. Clinical improvement was longer in the second cat, which presented with a fibrosing pleurisy.

Key words

Chylothorax, pleural fibrosis, rutin, rutoside, cat
Chez deux chats, un épanchement thoracique sévère constitué de chyle déclenche une dyspnée (encadré).CAS CLINIQUE – CHAT 11. Anamnèse et commémoratifsUn chat européen, femelle stérilisée de 13 ans, est présenté pour une dyspnée. L’animal vit en intérieur, est correctement vacciné et vermifugé, et nourri avec des aliments industriels secs et humides.Quatre jours auparavant, il a été examiné dans une clinique d’urgence pour le même motif. Une radiographie thoracique a montré un épanchement pleural. Une thoracocentèse a permis de retirer environ 250 ml d’un ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK