Le Point Vétérinaire Expert Canin n° 339 du 01/10/2013

ENDOCRINOLOGIE ET CHIRURGIE CANINE

Cas clinique

Claire Deroy*, Anthony Barthelemy**, Thibaut Cachon***


*VetAgro Sup, Campus vétérinaire de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-l’Étoile
claire.deroy@vetagro-sup.fr

Les troubles locomoteurs ou les convulsions ne sont pas toujours d’origine nerveuse. Parmi les causes métaboliques, l’insulinome, révélé par un examen sanguin, doit être recherché par un examen échographique et traité, le plus souvent, par la chirurgie.

Résumé

→ L’insulinome (ou tumeur β-langerhansienne insulinosécrétante) est une tumeur maligne rare du pancréas. C’est cependant la plus fréquente des tumeurs pancréatiques neuro-endocrines chez le chien adulte. Lors de suspicion clinique, le plus souvent à la suite de troubles nerveux, le diagnostic est établi grâce à un examen sanguin révélant à la fois une hypoglycémie et une hyperinsulinémie, toujours complété d’un examen d’imagerie (échographie abdominale, scanner, imagerie par résonance magnétique). Le pronostic est variable. Si le choix thérapeutique est chirurgical, un suivi rigoureux est requis afin de prévenir toutes les complications.

Summary

Partial pancreatectomy for insulinoma in a Golden Retriever

→ Insulinoma (or Langerhans insulin-secreting tumour) is a rare malignant tumour of the pancreas, but it is the most common pancreatic neuroendocrine tumour in the adult dog. The condition is suspected clinically often as a result of nervous signs. The diagnosis is usually established by a blood test revealing both hypoglycaemia and hyperinsulinaemia, followed by abdominal ultrasonography. The prognosis is variable. If the treatment of choice is surgery, careful monitoring is necessary to prevent any complications.

Key words

Insulinoma, hypoglycaemia, hyperinsulinaemia, partial pancreatectomy
Certaines affections provoquent des troubles neurologiques sans atteinte directe du système nerveux. Les maladies métaboliques en font partie, et un bilan sanguin doit toujours être effectué dans le cadre du diagnostic différentiel. Cela permet de révéler un insulinome chez un chien référé pour explorer des troubles locomoteurs a priori liés à une neuropathie.CAS CLINIQUE1. AnamnèseDepuis quelques jours, un golden retriever mâle non castré âgé de 10 ans sans aucun antécédent pathologique présente de brefs épisodes de crises convulsives partielles (“spasmes” ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK