Le point Vétérinaire n° 334 du 01/04/2013

PATHOLOGIE DE LA REPRODUCTION CANINE

Article de synthèse

Fernando Mir*, Alain Fontbonne**


*Centre d’études en reproduction des carnivores
ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort
**Centre d’études en reproduction des carnivores
ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort

Une lactation de pseudo-gestation doit disparaître dans les 10 jours qui suivent le début du traitement. Dans le cas contraire, la chienne doit être réexaminée (recherche d’affections sous-jacentes) et son propriétaire questionné sur la bonne administration du médicament.

Résumé

La lactation de pseudo-gestation est une affection fréquente à traiter, notamment chez les chiennes présentant un comportement gênant pour leurs propriétaires. Les antiprolactiniques sont souvent efficaces et permettent une disparition des signes dans les 10 jours qui suivent le début du traitement. Néanmoins, des situations comme des interactions médicamenteuses, une stimulation mécanique ou sensorielle de la sécrétion lactée, des désordres endocriniens (hyperœstrogénisme, hypothyroïdie, etc.) ou une ovariectomie réalisée pendant la phase lutéale favorisent la sécrétion lactée et peuvent rendre réfractaire au traitement.

Summary

Management of pseudopregnancy lactation refractory to medical treatment in bitches

> Lactation of pseudopregnancy is a common condition presented for treatment, especially in dogs displaying behaviour that their owners find annoying. Prolactin antagonists are often effective and signs are eliminated within 10 days after the start of treatment. However, drug interactions, mechanical or sensory stimulation of milk secretion, endocrine disorders (hyperoestrogenism, hypothyroidism, etc..) or ovariectomy performed during the luteal phase, all of which promote milk secretion, can be refractory to treatment.

Key words

Dog, reproduction, pseudopregnancy, prolactin, cabergoline, thyroid extracts
La lactation de pseudo-gestation ou “lactation nerveuse” (présence de gynécomastie, galactorrhée et/ou expression du comportement maternel) a longtemps été considérée comme physiologique. Il se pourrait que son utilité ancestrale ait été d’offrir la possibilité de nourrir des chiots aux femelles non saillies dans les groupes de canidés sauvages. D’après Jöchle et coll., 64 % des chiennes non stérilisées présentent ce syndrome régulièrement et 7 % d’entre elles des lactations irrégulières [8]. L’intérêt du traitement est discutable chez les animaux présentant peu de signes ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...