Le point Vétérinaire n° 334 du 01/04/2013

MÉDECINE FÉLINE

Cas clinique

Nicolas Medina-Layachi

Clinique vétérinaire
309, boulevard Alfred-Daney
33300 Bordeaux
layachivet@yahoo.fr

Probablement mésestimées, les cholécystites sont recherchées systématiquement lors de troubles digestifs chez le chat.

Résumé

> Les infections des voies biliaires, en général, et de la vésicule biliaire, en particulier, sont considérées comme rares chez le chat. Leur incidence semble néanmoins largement sous-estimée en pratique. Une première raison est que la cholécystite est régulièrement associée au complexe cholangio-hépatite. Une seconde raison est que de nombreuses cholécystites ne présentent pas un profil clair d’atteinte hépatique. Cet article est un exemple de cette discordance entre la réalité de la pathogénie et la quasi-absence d’anomalies biochimiques ou d’imagerie. Un diagnostic de cholécystite ne peut être établi sur les seules analyses biochimiques, et la recherche de cette maladie doit être rigoureuse et systématique chez un chat avec une douleur abdominale craniale.

Summary

Cholecystitis in a female cat

> Biliary tract infections in general, and of the gallbladder, in particular, are considered rare in cats. Their occurrence, however, seems largely underestimated in practice. One reason is that cholecystitis is regularly associated with cholangiohepatitis complex. A second reason is that many cholecystites do not always present as a clear profile indicating liver damage. This article is an example of this discrepancy between the reality of the pathogenesis and the virtual absence of biochemical or imaging abnormalities. A diagnosis of cholecystitis can not be established solely on biochemical analysis and checking for cholecystitis must be complete and systematic in a cat with cranial abdominal pain.

Key words

Cholecystitis, cholangitis, cat, abdominal pain, vomiting, diarrhoea, liver
Une chatte européenne stérilisée âgée de 9 ans est présentée pour un amaigrissement et de l’anorexie. Des vomissements jaunâtres et une diarrhée décolorée pâteuse sont notés. La chatte est moins vive et son comportement habituel est modifié depuis au minimum une semaine. CAS CLINIQUE 1. Examen cliniqueÀ l’examen, l’amaigrissement est confirmé par une perte de 1 kg en un mois, le score corporel étant passé de 4/5 à 3/5. Cependant, l’état général est bon, le poil encore brillant et l’animal réactif. Une hyperthermie ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK