Le point Vétérinaire n° 333 du 01/03/2013

UROLOGIE FÉLINE

Dossier

Christelle Maurey-Guenec

Service de médecine, ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle 94700
Maisons-Alfort

Les lithiases du haut appareil urinaire représentent une cause non négligeable d’insuffisance rénale chez le chat. La localisation et la durée de l’obstruction induisent des tableaux cliniques variés et expliquent la difficulté diagnostique.

Résumé

→ Les lithiases urétérales et rénales étaient considérées jusqu’à encore une dizaine d’années comme une affection rare en médecine vétérinaire. Cela n’est plus le cas, avec une nette augmentation de leur fréquence, en particulier dans l’espèce féline.

Ces lithiases sont majoritairement composées d’oxalate de calcium. Les symptômes associés à leur présence sont polymorphes, dépendants de leur localisation, du caractère obstructif ou non et de l’atteinte uni- ou bilatérale. Les examens radiographique et échographique sont réalisés en première intention pour préciser leur localisation, leur nombre et le caractère obstructif.

Summary

Lithiasis of the upper urinary tract in cats: diagnostic approach

→ Up to about ten years ago, renal and ureteral stones were considered as a rare condition in veterinary medicine. This is no longer the case. In fact, there is a marked increase in their frequency, especially in cats. These stones are composed mainly of calcium oxalate. Symptoms associated with their presence are polymorphic, dependent on their location, whether obstructive or non obstructive, and whether uni- or bilateral. Radiography and ultrasonography are used in the first instance to characterise the location, number and obstructive nature of the calculi.

Key words

cat, urology, lithiasis, calculi, renal insufficiency, calcium oxalate
Si les lithiases vésicales et urétrales sont communes chez les carnivores domestiques, les lithiases rénales et urétérales sont plus rares. Elles représentent selon les études, de 1 à 4 % des lithiases urinaires analysées [3]. Chez l’homme, cette proportion est totalement inversée puisqu’environ 90 % des lithiases ont une localisation rénale ou urétérale. Toutefois, depuis la fin des années 1980, une nette augmentation du nombre de cas de lithiases rénales et urétérales est observée en médecine vétérinaire, et tout particulièrement chez le ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...