“Varron” : en France la situation épidémiologique est favorable

Cécile Perrin et coll. | 04.05.2016 à 12:25:58 |
© C. BOULARD

Depuis la mise en place en 1998 du plan de lutte contre l’hypodermose bovine progressivement étendu à l’ensemble des régions françaises, la prévalence des cheptels infestés a diminué de 5,7 % en 1998 à 0 % en 2015. La surveillance aléatoire et orientée de cette maladie en 2013-2014 et 2014-2015 n’a mis en évidence aucun foyer, d’où une situation épidémiologique globalement très favorable en France. Près des frontières, une nette amélioration a été observée, mais ces zones restent associées à un des principaux facteurs de risque de réintroduction, en raison de l’absence de plans de lutte collectifs connus dans les pays limitrophes, parfois de l’absence de barrières naturelles et de la proximité entre les troupeaux en zone d’estive. Dans ce contexte, la surveillance du varron reste renforcée dans les zones à risque. Les professionnels de la filière restent extrêmement sensibles à cette problématique : une peau varronnée perd la moitié de sa valeur.

Cécile Perrin et coll.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...