Résistances aux anthelminthiques : à l’orée des chemins

Christophe Chartier | 30.06.2016 à 14:45:18 |
© B. BOUQUET

Les résultats récents d’une enquête sur la résistance des strongles digestifs aux anthelminthiques montrent que le phénomène existe au moins en élevage laitier. La mise en évidence d’une résistance s’appuie sur le test de réduction d’excrétion fécale post-traitement qui présente de nombreuses particularités dans l’espèce bovine. Les trois piliers pour prévenir ou limiter de phénomène sont la réduction d’utilisation des anthelminthiques, le maintien d’une population parasitaire-refuge (stades libres dans le milieu extérieur et stades adultes chez les animaux non traités) et la rotation de molécules. Au plan opérationnel, il convient de vérifier le statut des troupeaux lors de suspicion de résistance et d’appliquer d’ores et déjà des stratégies de trait sélectif.

Christophe Chartier
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK