Réanimation cardio-pulmonaire
du chien et du chat

Matthias Kohlhauer et coll. | 25.02.2016 à 15:46:05 |
© M.-A. TROCHET ET S. MOGGIA

La survenue d’un arrêt cardiaque n’est pas une situation rare au cours d’une hospitalisation chez les carnivores domestiques. Le taux de survie est globalement faible, mais certaines situations, comme l’arrêt cardiaque peranesthésique, sont associées à un pronostic plus favorable. En 2012, des recommandations ont été formulées afin de mieux former les vétérinaires aux différentes modalités de la réanimation cardio-pulmonaire. Il s’agit de protocoles standardisés fondés sur des preuves expérimentales et cliniques. La première étape fondamentale est le massage cardiaque qui doit suivre un protocole strict qui permet une perfusion des organes. Elle comprend également une ventilation artificielle. Dans un deuxième temps, la réanimation nécessite un monitorage accompagné de l’administration de molécules inotropes, vasopressives et, le cas échéant, antiarythmiques. En fonction du type d’arrêt, l’adrénaline est la plus utilisée, mais ce n’est pas la seule. Une défibrillation peut parfois être nécessaire. Chaque moyen utilisé impose une évaluation précise préalable.

Matthias Kohlhauer et coll.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...