Place de la désensibilisation dans le suivi du chat allergique

Catherine Laffort | 01.10.2015 à 15:42:55 |

Alors que la désensibilisation est largement utilisée dans la gestion de certaines maladies allergiques chez l'homme et chez le chien, sa place chez le chat ainsi que la nature même de la dermatite atopique dans cette espèce sont la source de nombreuses controverses. A l'heure actuelle, le terme de “dermatite par hypersensibilité non liée aux puces” semble le plus adapté. il existe par ailleurs chez le chat des difficultés de réalisation et d'interprétation des intradermoréactions ; les dosages d'IgE spécifiques ne sont pas validés. Néanmoins, lorsqu'une sensibilisation à des aéroallergènes a pu être identifiée comme facteur de poussée, quelques données expérimentales pour l'asthme félin et empiriques pour la dermatite allergique chronique semblent montrer une certaine efficacité de la désensibilisation (selon des protocoles calqués sur ceux utilisés chez le chien). Elle pourrait donc être proposée en dernier recours en prévenant les propriétaires des risques encourus et des résultats incertains.

Catherine Laffort
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK