04/05/2015 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Parer fréquemment et soulager précocement

Lors de boiteries chez les bovins, de nombreux échecs thérapeutiques sont observés en pratique. Si la détection tardive par l’éleveur et surtout le manque de diagnostic rigoureux sont des raisons majeures à ces échecs, la non-prise en charge de la douleur associée aux boiteries est une cause tout aussi possible. Une douleur chronique s’installe fréquemment, et elle est peu sensible aux analgésiques disponibles. De nombreuses études démontrent l’intérêt d’une analgésie, principalement à l’aide d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), pour soulager le bovin et améliorer le tableau clinique. Lors de boiterie, le réflexe est d’examiner le bovin en levant le pied. L’administration d’AINS, y compris lors de parage curatif, gagnerait à être systématisé.

Raphaël Guatteo

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...