Parer fréquemment et soulager précocement

Raphaël Guatteo | 04.05.2015 à 12:13:27 |
©

Lors de boiteries chez les bovins, de nombreux échecs thérapeutiques sont observés en pratique. Si la détection tardive par l’éleveur et surtout le manque de diagnostic rigoureux sont des raisons majeures à ces échecs, la non-prise en charge de la douleur associée aux boiteries est une cause tout aussi possible. Une douleur chronique s’installe fréquemment, et elle est peu sensible aux analgésiques disponibles. De nombreuses études démontrent l’intérêt d’une analgésie, principalement à l’aide d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), pour soulager le bovin et améliorer le tableau clinique. Lors de boiterie, le réflexe est d’examiner le bovin en levant le pied. L’administration d’AINS, y compris lors de parage curatif, gagnerait à être systématisé.

Raphaël Guatteo
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK