La cétose subclinique affecte la vache allaitante…
et son veau

Béatrice Bouquet | 12.12.2014 à 16:26:21 |
©

> Objectifs : définir la prévalence de l’hypercétonémie chez la vache allaitante, et analyser l’association entre cette anomalie et l’incidence de divers troubles sanitaires de la vache et du veau.
> Méthode : mesure de la concentration plasmatique post-partum en β-hydroxybutyrate (BHBA) dans 13 élevages commerciaux français pour 327 vaches allaitantes et recueil de l’ensemble des données sanitaires concernant le couple mère‐veau.
> Résultats : au seuil de 0,8 mmol/l pour BHBA, la prévalence de l’hypercétonémie en élevage allaitant serait de 6,1 %.
Au-delà de ce même seuil, les vaches ont un risque relatif (RR) de 15, 11 et 6 d’avoir présenté respectivement une métrite puerpérale, une gémellité et une rétention placentaire, comparées à celles en deçà.
Les veaux des mères avec un BHBA supérieur ou égal 
à 0,5 mmol/l ont un RR de présenter une diarrhée de seulement 1,9, comparés aux veaux des mères en deçà de ce seuil.
Le RR atteint 4 au seuil de 0,8 mmol/l et lorsque seuls les couples mère‐veau avec un trouble chez la mère survenant moins de 15 jours autour du prélèvement sont considérés.
> Discussion : manque d’antériorité des prélèvements par rapport aux troubles analysés chez les mères, puissance statistique insuffisante, mais bonne robustesse des tests statistiques utilisés.

Béatrice Bouquet
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK