Hypertension artérielle pulmonaire chez le chien : de la suspicion à la confirmation

Isabelle Testault et coll. | 13.11.2015 à 14:06:31 |
© I. TESTAULT, CHV ATLANTIA

L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est, dans l’immense majorité des cas, secondaire à une affection cardiorespiratoire préexistante. La maladie valvulaire dégénérative mitrale, une cardiopathie prédominante dans notre activité canine, en est la première cause. La détection et l’estimation de l’HTAP sont rendues possibles par l’utilisation de l’échocardiographie Doppler. Le prérequis incontournable de l’estimation de la pression artérielle pulmonaire systolique est la présence d’une insuffisance tricuspide dont la vitesse est analysée. Le mode de calcul est présenté.

Isabelle Testault et coll.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK