Intoxication d’un malinois par des amanites phalloïdes

Aurélie Levieuge | 11.07.2014 à 10:20:30 |
©

Après un temps de latence de 6 à 18 à 24 heures, l’intoxication aux champignons du genre Amanita est caractérisée par une symptomatologie en trois phases. Les signes sont d’abord d’ordre gastro-intestinal (pendant 6 à 24 heures), puis une rémission est observée pendant 24 heures environ. Cette phase de rémission peut laisser croire en la complète résolution des troubles. Il s’agit d’une erreur médicale fréquemment rencontrée en médecine humaine ou vétérinaire, et dont les conséquences sur le pronostic sont dramatiques. S’ensuivent une phase d’hépatite prédominante caractérisée par un ictère, éventuellement un état comateux pouvant aboutir à la mort et une atteinte rénale plus tardive. Bien que les signes d’appel apparaissent extrêmement graves, le pronostic est parfois, comme dans le cas présenté, plutôt favorable grâce à la mise en place d’un traitement symptomatique (fluidothérapie intensive, antibiothérapie, notamment). Néanmoins, ces intoxications revêtent un caractère extrêmement dangereux (mortalité de 30 à 50 % chez l’homme) en l’absence de prise en charge spécifique. Le traitement approprié repose sur le maintien des grandes fonctions homéostatiques.

Aurélie Levieuge

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK