Le dispositif de la cascade
et les médicaments interdits

Éric Vandaële et coll. | 13.05.2014 à 14:56:56 |
©

La cascade doit amener à préférer les médicaments les mieux évalués dans l’indication envisagée, d’abord ceux disponible avec une autorisation de mise sur le marché (AMM) vétérinaire dans une autre espèce, puis les médicaments humains ou les médicaments avec une AMM vétérinaire dans un autre état européen sous réserve d’avoir obtenu l’autorisation d’importation de l’Agence nationale du médicament vétérinaire, et en dernier recours des médicaments sans AMM, les autovaccins et les préparations extemporanées.
Les temps d’attente forfaitaires de 7 jours au minimum dans le lait et les œufs et 28 jours dans la viande s’appliquent obligatoirement en l’absence de temps d’attente dans l’espèce, et éventuellement à titre volontaire aux augmentations de dose ou de durée dans la même espèce (sans que cela constitue une obligation légale).
Les médicaments sans aucune Limite maximale des résidus sont interdits d’usage (et donc de prescription) en productions animales.

Éric Vandaële et coll.

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK