L’AMM et l’usage “hors AMM” :
le vétérinaire est-il responsable ?

L’autorisation de mise sur le marché (AMM) n’est pas une garantie d’innocuité et d’efficacité, mais d’évaluation d’un rapport bénéfice/risque favorable à la date d’octroi. Et les exigences d’innocuité et d’efficacité ont beaucoup évolué depuis les premières AMM des années 80. Les dossiers AMM sont donc loin d’être homogènes. L’AMM d’un médicament n’est pas une autorisation donnée à un vétérinaire pour le prescrire ou l’utiliser, mais une autorisation donnée à un industriel à le vendre (le «mettre sur le marché»).
Le vétérinaire est toujours responsable de ses prescriptions prescrites dans le respect ou non du résumé des caractéristiques du produit (RCP). Il ne l’est pas davantage "hors RCP". Mais, "hors RCP", il risque davantage la faute dommageable, ce qui peut lui être reproché en cas d’accident. Dans tous les cas, son assurance en responsabilité civile professionnelle, obligatoire, couvre ses fautes "hors RCP" ou dans le respect du RCP, même en cas d’infraction à la cascade.

Éric Vandaële et coll.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...