Pharmacovigilance vétérinaire : mode d’emploi

La pharmacovigilance vétérinaire étudie les effets indésirables des médicaments vétérinaires après leur mise sur le marché. Les informations sur les suspicions de manque d’efficacité, les risques éventuels pour l’environnement, ainsi que sur la validité des temps d’attente du médicament utilisé sont également prises en compte. En France, le système national de pharmacovigilance vétérinaire a été officiellement mis en place en 2002. Il est principalement alimenté par la déclaration spontanée. Selon le rapport annuel de pharmacovigilance établi en 2013 par l’Agence nationale du médicament vétérinaire, 83 % et 9 % des déclarations d’effets indésirables en 2012 concernent, respectivement, les carnivores domestiques et les bovins. Les antiparasitaires externes et les vaccins représentent les classes médicamenteuses les plus fréquemment citées chez les carnivores lors des notifications. Malgré l’efficacité du système actuel, des efforts d’incitation et d’encouragement restent encore à effectuer sur le terrain afin d’améliorer la participation des notificateurs au service du bon usage et de la sécurité d’emploi du médicament vétérinaire.

Yassine Mallem et coll.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...