Galactorrhée chez une chatte castrée

Anne Gogny et coll. | 27.02.2014 à 14:44:11 |
©

Une chatte persan âgée de 3 ans est présentée pour explorer une galactorrhée récidivante. La galactorrhée est d’abord attribuée à une lactation de pseudo-gestation (affection rare dans l'espèce féline), mais un nouvel épisode clinique s’exprime après l'ovariectomie. pratiquée pour prévenir la lactation de pseudogestation.
Chez le chat, la pseudogestation est liée à une activité hormonale d'origine gonadique. Cette affection, qui s'exprime durant la phase lutéale, fait toujours suite à une ovulation.
Une rémanence ovarienne est donc suspectée. Par ailleurs, Les signes cliniques observés impliquent que la chatte étudiée montre de plus une tendance à manifester des ovulations spontanées.
Le dosage d'œstradiol après stimulation, pratiqué pour établir le diagnostic de rémanence ovarienne, ne montre met pas en évidence d'activité résiduelle gonadique. Devant les signes cliniques fortement évocateurs d'une lactation de pseudogestation, une laparotomie exploratrice est cependant réalisée et elle révèle la présence d'un résidu ovarien. Celui-ci est retiré, et aucun signe de pseudo-gestation n'est plus noté ultérieurement.

Anne Gogny et coll.


Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK