Le point Vétérinaire n° 307 du 01/07/2010
 

Prévention des infections mammaires bovines

Fiche technique

Alfonso Zecconi

Università degli Studi di Milano, DIPAV, Via Celoria 10, 20133 Milan, Italie

Surveiller les facteurs de risque comme la surtraite et l’état du trayon permet de réduire la fréquence des infections mammaires de façon pratique et peu onéreuse.

Entre 6 et 20 % du total des infections mammaires sont liées aux effets de la machine à traire. Cela est dû aussi bien aux mécanismes physiques qui favorisent l’entrée des bactéries dans la glande mammaire qu’à l’affaiblissement de la résistance du canal du trayon à la contamination bactérienne [4].

Une étude portant sur 74 primipares de race holstein, dans 5 troupeaux différents, suivies mensuellement du premier au dixième mois de lactation, a permis de mettre en évidence que l’état de la pointe des trayons empire au fur et à mesure de la lactation. Toutefois, ce trouble n’a pas été constaté dans tous les élevages, suggérant que de bonnes conditions de traite peuvent limiter l’influence délétère de la machine à traire sur les trayons.

Éviter la surtraite au début et à la fin de la traite

La surtraite est l’une des difficultés les plus fréquemment observées dans les élevages, aussi bien au début qu’à la fin de la traite [1].

En début de traite, ce phénomène se produit lorsque le délai entre le commencement de la stimulation de la mamelle et l’accrochage des griffes est insuffisant. De 60 à 90 secondes doivent séparer ces deux actions. La rapidité du flux de lait est alors optimisée, les performances de traite sont améliorées et le risque d’infection est réduit. Dans la pratique, pour la prétraite, nous conseillons l’observation des premiers jets de lait après l’application d’un désinfectant sur le trayon durant 30 secondes, puis l’essuyage avec un papier à usage unique. Ainsi, le trayeur touche un trayon propre et ne se contamine pas les mains, ce qui limite le transfert des agents pathogènes.

Pour prévenir la surtraite dans les phases finales, il convient de retirer les griffes 10 à 15 secondes au maximum après que le débit de lait est descendu en dessous du seuil de 300 à 400 g/min et ce indépendamment de la machine utilisée. Être présent durant la traite permet ainsi de vérifier que toutes les étapes sont respectées par l’éleveur, ainsi que l’état des trayons.

En effet, une petite quantité de lait dans la citerne représente un risque bien inférieur à la présence d’altérations du trayon (figure 1).

Évaluer l’état de la pointe du trayon après la traite

L’examen des trayons est un moyen très facile à mettre en œuvre dans la pratique pour vérifier si la traite et la prétraite sont correctement effectuées. L’évaluation successive de l’état de la pointe du trayon après la traite peut être réalisée avec un appareil photographique digital (figure 2) [2]. Avec un score 3 ou 4, les trayons présentent un risque 3 fois plus grand d’infection mammaire, par rapport à un score 1 ou 2 [3].

Un trayon sain est une condition fondamentale pour réduire la fréquence des infections mammaires et les mammites cliniques. En effet, les trayons altérés (scores 3 et 4) sont associés à des mammites cliniques récurrentes car la première ligne de défense contre les infections est absente. Cela est confirmé par l’évaluation de la concentration du lait en lysozyme, enzyme qui représente l’une des principales défenses immunitaires du trayon. Lors de l’augmentation du score du trayon, une réduction de la concentration en lysozyme semble être observée dans les quartiers qui présentent une infection latente, surtout dans le score 4 (figure 3). Ce phénomène souligne à quel point un trayon en mauvais état représente un facteur de risque majeur d’infection et combien son évaluation est utile au contrôle des mammites.

Références

  • 1 – Tamburini A, Bava L, Piccinini R et coll. Milk emission and udder health in primiparous cows during lactation. J. Dairy Res. 2010;77:13-19.
  • 2 – Zecconi A, Binda E, Daprà V et coll. Field study on protocols for evaluation of teat skin conditions. J. Vet. Med. 2005;B52:219-225.
  • 3 – Zecconi A, Casirani G, Binda E et coll. Field study on automatic milking system effects on teat tissues conditions and intramammary infection risk. J. Vet. Med. 2006;B24:4393-4402.
  • 4 – Zecconi A, Hamann J. Interpretation of machine effects on bovine teat tissues defence mechanisms. Milchwissenschaft. 2006;61(4):356-359.

Figure 1 : Relation entre le score du trayon après la traite et l’état sanitaire de la mamelle

Figure 2 : Scores d’évaluation du trayon après la traite

Le score 1 est le meilleur, le 4 le moins bon.

Figure 3 : Concentration en lysozyme et score du trayon après la traite