Le point Vétérinaire n° 307 du 01/07/2010
 

Parasitologie des NAC

Mise à jour

LE POINT SUR…

Claire Grosset

Clinique vétérinaire de la gare
2, rue du Départ
95150 TavernyENVA
Service des Nouveaux
Animaux de Compagnie
7, av. du Général de Gaulle
94704 Maisons Alfort
contact@nac-docteur-grosset.com

Les reptiles, notamment les tortues, prennent une place croissante parmi les NAC. Comme pour les chiens et chats, leur vermifugation est nécessaire et à la portée de tout praticien.

Résumé

Les parasitoses digestives sont fréquentes chez les reptiles vus en consultation. Le diagnostic coproscopique est aisé à établir, à condition de connaître les parasites les plus fréquents. Le pouvoir pathogène de certains parasites peut être secondaire à des conditions environnementales inadéquates. Bien qu’aucun traitement antiparasitaire ne dispose d’autorisation de mise sur le marché en France pour les reptiles, plusieurs thérapeutiques sont utilisables. Des formulations spot-on destinées aux carnivores domestiques sont particulièrement pratiques à administrer aux reptiles de petite taille avec quelques précautions.

Les parasites digestifs sont très fréquents chez les reptiles en captivité [39]. La coproscopie est un moyen rapide et peu coûteux de dépister les infestations, à condition de la réaliser correctement et de savoir l’interpréter. En effet selon les espèces de reptiles, certains protozoaires et nématodes sont symbiontes [29]. L’objectif de cet article est d’identifier les parasites ayant une importance clinique les plus fréquemment rencontrés. Les techniques rapides de détection sont citées et les traitements antiparasitaires actuellement disponibles en France ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous