Le point Vétérinaire n° 307 du 01/07/2010

Orthopédie canine

Pratique

CAS CLINIQUE

Loïc Larguier

12, impasse Jean-Bart
56400 Brec’h
loic.larguier@orange.fr

Lors d’ostéochondrite disséquante, l’arthroscopie permet un diagnostic précoce et un traitement chirurgical. Un suivi postopératoire attentif est indispensable.

Résumé

Un labrador du retriever est référé en consultation pour une boiterie chronique. Un gonflement médial du grasset droit est observé : une rupture partielle du ligament croisé antérieur est suspectée. Un cliché radiographique permet de visualiser une lésion caractéristique d’une ostéochondrite disséquante du condyle latéral du grasset droit. La lésion est traitée sous arthroscopie à l’aide d’une fraise à main. Ce traitement précoce doit permettre de limiter au mieux l’évolution arthrosique de l’articulation.

L’ostéochondrite disséquante (OCD) est une lésion bien décrite chez les chiens de grande race. Elle correspond au stade de synovite et de formation d’un volet cartilagineux dans l’articulation incriminée. Sa détection doit être précoce afin de mettre en place un traitement chirurgical (accompagné d’un traitement médical) par un curetage jusqu’à l’os sous-chondral, qui favorise la cicatrisation de la lésion cartilagineuse et permet de limiter le plus possible l’évolution de l’arthrose.Cas clinique 1. Anamnèse Un labrador âgé de 6 mois est présenté chez ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK