Le point Vétérinaire n° 306 du 01/06/2010

Question de lecteur

Marion Fusellier

Service d’imagerie médicale CHUV, ONIRIS
École nationale vétérinaire, agroalimentaire et de l’alimentation, Nantes-Atlantique
Site de la Chantrerie, BP 50707, 44307 Nantes Cedex 03

Face à la multiplication des propositions qui se présentent au praticien en imagerie médicale, le vétérinaire se sent souvent désarmé et ne sait pas quelle technique proposer. Lors de suspicion d’affection nerveuse centrale, outre la myélographie, deux choix s’offrent à lui : la tomodensitométrie (scanner) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Ces deux techniques se sont considérablement développées et deviennent, au moins pour le scanner, facilement accessibles. Elles permettent la réalisation d’images en coupes sous anesthésie générale, mais avec des avantages et ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK