Le point Vétérinaire n° 306 du 01/06/2010

Mise à jour

CONDUITE À TENIR

Samuel Boucher

Labovet Conseil (Réseau Cristal), BP 539, 85505 Les Herbiers

Une démarche rigoureuse permet d’établir un diagnostic étiologique précis, si le propriétaire le souhaite. L’autopsie est indispensable, mais elle n’est qu’une étape.

Résumé

Étapes essentielles

Étape 1 : examen externe du cadavre pour une première piste

Étape 2 : recueil des données d’élevage afin d’étayer la suspicion

Étape 3 : autopsie pour confirmer la suspicion

Étape 4 : examens complémentaires (diagnostic différentiel ou de certitude)

Le lapin fermier, défini comme « celui qui est élevé de manière extensive par des particuliers en vue de concours de beauté et/ou de la consommation personnelle », fait souvent l’objet de questions en clientèle. Très souvent, pensant que la consultation va dépasser le prix de son animal, le propriétaire ne fait pas l’effort de l’apporter vivant au cabinet. En revanche, en cas de mortalité plus ou moins importante, le cuniculteur amateur attend du praticien qu’il établisse un diagnostic en vue de ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK