Le point Vétérinaire n° 303 du 01/03/2010
 

Infections mammaires

Infos

QUESTION DE LECTEUR

Nathalie Bareille

Unité Zootechnie-Économie
ONIRIS
BP 40706, 44307 Nantes Cedex 3

Les infections colibacillaires peuvent persister jusqu’à 100 jours avant l’expression d’une mammite clinique.

Depuis une dizaine d’années, des données épidémiologiques sont en faveur de la persistance de certaines souches d’Escherichia coli dans les mamelles infectées chez la vache laitière [3, 5, 10]. Ces connaissances ont été produites par une démarche d’épidémiologie moléculaire (typage par DNA fingerprinting). Ainsi, en 1999, sur 300 troupeaux incluant 22 000 vaches, Dopfer et coll. ont recensé 2 250 cas de mammites cliniques avec un isolement d’Escherichia coli. 4,8 % des mammites cliniques sont dues à des souches identiques retrouvées dans des ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...