Le point Vétérinaire n° 302 du 01/01/2010
 

Maladies infectieuses et néonatalogie des caprins

Mise à jour

LE POINT SUR…

Christophe Chartier*, Carine Paraud**, Pascale Mercier***, Nathalie Franquet****, Stephen Valas*****


*Afssa Niort
60, rue de Pied-de-Fond, BP 3081, 79012 Niort Cedex
**Afssa Niort
60, rue de Pied-de-Fond, BP 3081, 79012 Niort Cedex
***Afssa Niort
60, rue de Pied-de-Fond, BP 3081, 79012 Niort Cedex
****Afssa Niort
60, rue de Pied-de-Fond, BP 3081, 79012 Niort Cedex
*****Afssa Niort
60, rue de Pied-de-Fond, BP 3081, 79012 Niort Cedex

La mise en place de mesures spécifiques dès la naissance des chevreaux permet de limiter la transmission d’agents pathogènes ayant un impact majeur à l’âge adulte.

Résumé

Au sein des élevages, la propagation de plusieurs maladies infectieuses majeures de la chèvre peut être fortement réduite par la mise en œuvre de procédures sanitaires spécifiques autour de la mise bas (arthrite-encéphalite caprine virale, mycoplasmoses, paratuberculose). Ces mesures associent une limitation du contact du chevreau avec sa mère et le milieu des adultes (séparation immédiate du chevreau ou “cueillette”), une distribution de colostrum traité thermiquement (destruction de certains agents infectieux) et une phase d’élevage la plus longue possible dans des locaux distincts de ceux des adultes. D’autres procédures complémentaires spécifiques à chacune des affections doivent être mises en place à l’âge adulte pour maintenir un faible niveau d’infection.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...