Le point Vétérinaire n° 302 du 01/01/2010

Orthopédie des bovins

Mise à jour

CONDUITE À TENIR

Arnaud Sartelet*, Kamal Touati**


*Clinique Vétérinaire Universitaire
Clinique des ruminants
Faculté de médecine vétérinaire
20, Bd de Colonster, 4000 Sart-Tilman, Liège, Belgique
**Clinique Vétérinaire Universitaire
Clinique des ruminants
Faculté de médecine vétérinaire
20, Bd de Colonster, 4000 Sart-Tilman, Liège, Belgique

L’arthrite septique du veau est difficile à traiter et entraîne des lésions irréversibles. Le diagnostic précis permet de proposer un traitement adéquat à l’éleveur.

Résumé

Étapes essentielles

Étape 1 : diagnostic

• Recueil de l’anamnèse

• Examen clinique et orthopédique

• Examen clinique approfondi, étiologique

Étape 2 : examens complémentaires : pronostic

Arthrocentèse, cytologie, culture bactériologique et imagerie médicale

Étape 3 : traitement médical

Étape 4 : traitement chirurgical

• Drainage articulaire

• Arthrotomie

• Arthrodèse

Les troubles du système locomoteur sont à l’origine d’environ 9 % des morts chez les veaux, l’arthrite septique (AS) étant la plus fréquente [7, 16]. Bien que sporadiques, les AS peuvent donc avoir une répercussion importante sur le devenir de l’animal et l’économie de l’éleveur. L’arthrite est une inflammation des membranes synoviales et des surfaces articulaires provoquant une boiterie [11]. L’AS aiguë se caractérise par une réponse inflammatoire aiguë à une contamination bactérienne. Elle peut évoluer en une AS chronique si l’inflammation ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK