Le point Vétérinaire n° 300 du 01/11/2009

Question de lecteur

François Serres

Oncovet, avenue Paul-Langevin, 59650 Villeneuve-d’Ascq

La physiopathologie de l’insuffisance cardiaque repose (entre autres), sur les interactions entre une dysfonction cardiaque primitive (anomalie valvulaire ou myocardique), l’activation de divers mécanismes neuro-hormonaux sous l’effet des altérations hémodynamiques secondaires à cette dysfonction primitive, et les conséquences sur la pré- et la post-charge cardiaque des deux éléments précités. Aucun traitement médical ne permet de corriger complètement et définitivement la dysfonction cardiaque primitive, et donc de bloquer la “ cascade” physiopathologique qui en découle. Le praticien doit donc le plus souvent ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK