Le point Vétérinaire n° 300 du 01/11/2009
 

Question de lecteur

François Serres

Oncovet, avenue Paul-Langevin, 59650 Villeneuve-d’Ascq

La physiopathologie de l’insuffisance cardiaque repose (entre autres), sur les interactions entre une dysfonction cardiaque primitive (anomalie valvulaire ou myocardique), l’activation de divers mécanismes neuro-hormonaux sous l’effet des altérations hémodynamiques secondaires à cette dysfonction primitive, et les conséquences sur la pré- et la post-charge cardiaque des deux éléments précités. Aucun traitement médical ne permet de corriger complètement et définitivement la dysfonction cardiaque primitive, et donc de bloquer la “ cascade” physiopathologique qui en découle. Le praticien doit donc le plus souvent ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous