Le point Vétérinaire n° 300 du 01/11/2009
 

Anesthésie du chien et du chat

Pratique

PAS À PAS

Damien Spreux*, Delphine Holopherne**


*Service transversal d’anesthésie-réanimation, CHUV de l’ENV de Nantes, Atlanpôle, La chantrerie, BP 40706, 44307 Nantes Cedex 03
**Service transversal d’anesthésie-réanimation, CHUV de l’ENV de Nantes, Atlanpôle, La chantrerie, BP 40706, 44307 Nantes Cedex 03

Une technique d’anesthésie de l’antérieur sous électroguidage est décrite.

La préparation d’un RUMM block s’effectue de façon chirurgicale. L’animal est préalablement tondu et une désinfection est soigneusement réalisée.

Une électrode est placée sur l’extrémité du membre à anesthésier pour permettre le passage de l’influx électrique transmis par l’électro-stimulateur.

Les aiguilles pour électrostimulation s’émoussant rapidement, une incision cutanée est effectuée en regard de la zone anatomique ponctionnée.

L’aiguille est introduite à travers le tissu sous-cutané en direction du nerf à anesthésier, puis avancée jusqu’à ce que les premières contractions musculaires apparaissent dans la zone souhaitée.

L’intensité est alors réduite à 0,5 puis 0,2 mA. À cette dernière valeur, l’aiguille est suffisamment proche du nerf pour injecter l’agent anesthésique.

L’injection d’agents anesthésiques locaux est réalisée pour une stimulation efficace comprise entre 0,2 et 0,6 mA. Au-delà de 0,6 mA, la position de l’aiguille est trop éloignée du nerf stimulé. Au-dessous de 0,2 mA, elle en est trop proche, une injection intraneurale est alors possible. Cette dernière pouvant être dommageable, il convient de retirer légèrement l’aiguille avant d’injecter.

Les doses conseillées sont :

– lidocaïne 2 %, 1 mg/kg, soit 0,05 ml/kg ;

– bupivacaïne 0,5 %, 1 mg/kg, soit 0,2 ml/kg.

La lidocaïne et la bupivacaïne sont ensuite associées dans la même seringue et injectées.

Le blocage du nerf périphérique peut être réalisé avec une injection de bupivacaïne uniquement. Dans ce cas, un délai d’une vingtaine de minutes doit être respecté avant le début de l’intervention chirurgicale. Ce temps peut, par exemple, être mis à profit pour la réalisation de clichés radiographiques préopératoires.

• Pour réaliser le bloc du nerf radial, l’animal est placé en décubitus latéral, face latérale du membre à anesthésier face à l’opérateur. L’aiguille est insérée en amont de l’épicondyle latéral de l’humérus et dirigée entre le muscle brachial et le chef latéral du triceps. Le nerf radial peut être palpé entre ces muscles sur le tiers distal du fût huméral [2, 8].

• Pour réaliser le bloc des nerfs ulnaire, musculocutané et médian, l’animal est placé en décubitus latéral, face médiale du membre à anesthésier face à l’opérateur. L’aiguille est insérée en amont de l’épicondyle médial de l’humérus et dirigée entre le biceps brachial et le chef médial du triceps. La palpation du pouls de l’artère brachiale peut être utilisée pour localiser ces nerfs, palpables entre les muscles sur le tiers distal de l’humérus. En raison de la proximité de la veine et de l’artère brachiales, il convient d’éviter l’injection intra-vasculaire [2, 8].

Matériel et équipement Pour la réalisation du RUMM block sous électroguidage, le matériel nécessaire se résume à un électrostimulateur (ici, Polystim de Polymedic®), une aiguille de stimulation (courte, 50 mm) pour électrostimulation, une électrode ECG, une lame de bistouri 11 stérile, des agents anesthésiques locaux (lidocaïne, Xylovet®, et bupivacaïne, Bupivacaïne Aguettant®), 2 seringues stériles, 2 aiguilles (21 G) stériles, des gants stériles.

Principes actifs recommandés Les agents anesthésiques locaux requis sont de la lidocaïne 2 % (Xylovet®) et de la bupivacaïne 0,5 % (Bupivacaïne Aguettant 0,5 %®). La ponction des flacons s’effectue de façon stérile, les flacons multiponctionnables d’agents anesthésiques locaux étant préalablement désinfectés à l’aide d’une solution alcoolisée de chlorhexidine.

Préparation chirurgicale Une tonte et une désinfection chirurgicales de la région humérale sont réalisées. Une électrode est placée à l’extrémité du membre.

Repères anatomiques lors de bloc du nerf radial Schématisation des repères anatomiques pour le blocage du nerf radial. D’après [8].

Site d’insertion de l’aiguille de stimulation Pour un bloc du nerf radial, l’aiguille de stimulation est insérée en amont de l’épicondyle latéral de l’humérus et dirigée entre le muscle brachial et le chef latéral du triceps.

Injection du mélange anesthésique L’injection d’agents anesthésiques locaux est réalisée pour une stimulation efficace supérieure à 0,2 mA (sur ce cliché, électrostimulateur Polystim de Polymédic®). Elle doit être entrecoupée de fréquentes aspirations pour éviter une injection intravasculaire. L’injection doit s’effectuer sans résistance, lentement (sur 30 s). Le bloc est considéré comme réussi lors d’absence de réponse à l’électrostimulation.

Position de l’animal pour les blocs en face médiale L’animal est ensuite placé sur le décubitus latéral opposé, face médiale du membre antérieur à anesthésier vers l’opérateur. Le membre non anesthésié est récliné pour ne pas gêner l’accès au membre

Repères anatomiques pour les autres blocs Schématisation des repères anatomiques pour le blocage des nerfs ulnaire, médian et musculocutané. D’après [8].

Site d’insertion de l’aiguille de stimulation Pour un bloc des nerfs ulnaire, musculocutané et médian l’aiguille est insérée en amont de l’épicondyle médial de l’humérus et dirigée entre le biceps brachial et le chef médial du triceps.