Le point Vétérinaire n° 299 du 01/10/2009
 

PV

Orthopédie canine et féline

Mise à jour

LE POINT SUR…

Michaël Rabillard*, Olivier Gauthier**


*Service de chirurgie et d’anesthésie CHUV de l’ENV de Nantes Atlanpôle/La Chantrerie 44300 Nantes Cedex

L’épaule est le siège d’affections qui, grâce à l’amélioration des techniques d’imagerie, sont de mieux en mieux décrites. L’arthroscopie est souvent l’examen de choix.

Résumé

Les affections de l’articulation de l’épaule sont nombreuses. Elles atteignent soit l’articulation stricto sensu et sont alors ligamentaires et/ou capsulaires, soit les structures péri-articulaires et sont donc tendineuses et/ou musculaires. Les plus fréquentes sont les instabilités gléno-humérales (notamment les instabilités médio-latérales dont 75 % d’instabilités médiales), l’ostéochondrose, l’ostéochondrite disséquante et les lésions du tendon du biceps brachial (avec majoritairement des déchirures complètes ou partielles). L’arthroscopie tient une place de choix pour le diagnostic et le traitement de ces affections.

En médecine vétérinaire, les boiteries du grasset et de la hanche sont les plus fréquentes. Mieux décrites, ces affections sont souvent mieux diagnostiquées et mieux traitées. À l’inverse, des articulations comme le carpe, le tarse ou l’épaule demeurent les parents pauvres de la pathologie articulaire. Leurs affections sont moins fréquentes, mais n’en sont pas moins intéressantes par leur diagnostic et leurs traitements. Chez le jeune en croissance, l’épaule est connue comme un site préférentiel d’ostéochondrose et d’ostéochondrite disséquante. En parallèle du développement ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous