Le point Vétérinaire n° 295 du 01/05/2009
 

PV

Anesthésiologie du chien et du chat

Mise à jour

LE POINT SUR…

Isabelle Goujon

1, rue du Crampon
59181 Steenwerck

Grâce à une surveillance clinique accrue et à la disponibilité d’équipements de monitorage, le taux de mortalité peranesthésique a nettement diminué au cours des 20 dernières années.

Résumé

Le monitorage anesthésique consiste à contrôler l’apport d’oxygène aux cellules des différents tissus au cours d’une anesthésie générale. Un certain nombre de paramètres permet ainsi de s’assurer du fonctionnement “physiologique” de l’organisme, soumis à l’action de molécules qui, en général, provoquent une dépression des systèmes nerveux central, cardiovasculaire, respiratoire et de thermorégulation. Le monitorage instrumental s’ajoute à une surveillance clinique attentive, réalisée par une personne compétente. Il requiert une présence constante pendant et après l’intervention et permet de diminuer la mortalité et la morbidité péri-anesthésiques de façon appréciable.

Le monitorage anesthésique est l’ensemble des moyens mis en œuvre pour assurer la sécurité de l’animal (maintien de l’homéostasie des grandes fonctions) pendant et après une anesthésie. Une grande variété d’équipements est maintenant disponible en pratique vétérinaire. Cependant, les informations délivrées n’ont de valeur que si elles sont recueillies et interprétées “efficacement”. Un certain nombre de paramètres peuvent ainsi être enregistrés mais il importe d’établir une hiérarchie dans l’intérêt qu’ils représentent. La mise en place du matériel et l’analyse des ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous