Le point Vétérinaire n° 295 du 01/05/2009
 

Anesthésiologie du chien et du chat

Mise à jour

LE POINT SUR…

Isabelle Goujon

1, rue du Crampon
59181 Steenwerck

Grâce à une surveillance clinique accrue et à la disponibilité d’équipements de monitorage, le taux de mortalité peranesthésique a nettement diminué au cours des 20 dernières années.

Résumé

Le monitorage anesthésique consiste à contrôler l’apport d’oxygène aux cellules des différents tissus au cours d’une anesthésie générale. Un certain nombre de paramètres permet ainsi de s’assurer du fonctionnement “physiologique” de l’organisme, soumis à l’action de molécules qui, en général, provoquent une dépression des systèmes nerveux central, cardiovasculaire, respiratoire et de thermorégulation. Le monitorage instrumental s’ajoute à une surveillance clinique attentive, réalisée par une personne compétente. Il requiert une présence constante pendant et après l’intervention et permet de diminuer la mortalité et la morbidité péri-anesthésiques de façon appréciable.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...