Le point Vétérinaire n° 294 du 01/04/2009
 

Question de lecteur

Didier Boussarie

Centre hospitalier vétérinaire, 43, av. Aristide-Briand, 94110 Arcueil

Les nombreuses indications de la marbofloxacine chez les Nac découlent de son spectre antibactérien très large (bactéries Gram+, bactéries Gram-, mycoplasmes et Chlamydophila sp.). Elles regroupent la plupart des infections rencontrées chez ces espèces, ainsi que l’antibioprophylaxie chirurgicale. Chez les petits mammifères, il est important d’assurer des administrations biquotidiennes. La présentation Marbocyl® FD est utilisable aussi bien par voie injectable que par voie orale, voire par voie intraveineuse (furet, lapin). La durée de traitement est de 10 jours au minimum, mais un traitement de plusieurs semaines est nécessaire dans les affections anciennes ou chroniques (pododermatites, infections respiratoires, etc.). Aucun effet indésirable n’est observé. Les doses et les rythmes d’administration (emploi hors AMM), même sur de telles durées, sont plus élevés que chez le chien et le chat :

– lapins et gros rongeurs (cobaye, chinchilla, chien de prairie, etc.) : 5 mg/kg/ 12 h ;

– petits rongeurs (myomorphes, écureuil de Corée) : 10 mg/kg/12 h ;

– furet : de 2 à 5 mg/kg/12 h ;

– lors de coryza pasteurellique chez le lapin : 7 mg/kg/12 h pendant 15 jours.

La marbofloxacine est associée avec profit à un antibiotique efficace contre les bactéries anaérobies (le métronidazole ou une bétalactamine choisie avec soin) dans le traitement des infections bucco-dentaires du lapin.

Chez les oiseaux, la dose moyenne conseillée (hors AMM) est de 10 mg/kg/j en une ou, de préférence, deux administrations (soit 1 ml/kg/j de la solution reconstituée Marbocyl® FD, ou 4 gouttes/100 g), par voie intramusculaire ou orale. Elle est plus élevée lors d’infection à Pseudomonas (10 mg/kg/12 h). Il est possible de l’associer si nécessaire à une β-lactamine ou au métronidazole (action contre les germes anaérobies), à des probiotiques ou à des antifongiques (en cas d’aspergillose notamment). Son innocuité permet de l’utiliser à des doses assez élevées (jusqu’à 20 mg/kg/j) et sur des durées de traitement assez longues, même chez de jeunes individus.

Chez les reptiles, la marbofloxacine est administrée, hors AMM, à raison d’une fois par jour, de préférence par voie injectable (voie sous-cutanée ou intramusculaire) et associée au métronidazole en présence de bactéries anaérobies. Les posologies sont issues de l’expérience de praticiens spécialisés, car il n’existe aucune étude exhaustive sur l’utilisation de la marbofloxacine chez les reptiles :

– tortues aquatiques : 2 mg/kg/24 à 48 h ;

– tortues terrestres : 2 à 5 mg/kg/24 à 48 h ;

– autres reptiles (sauriens, ophidiens, crocodiliens) : 2 à 10 mg/kg/j selon l’espèce et la température ambiante. Comme pour tout antibiotique chez les reptiles, la marbofloxacine présente une efficacité optimale à la température moyenne préférée de l’espèce considérée.