Le point Vétérinaire n° 293 du 01/03/2009

MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE EN PRODUCTION BOVINE

Infos

QUESTION DE LECTEUR

Caroline Guittré*, Catherine Cougé**, Célline Lorteau***, Christine Miras****, Jean-Claude Rouby*****


*Afssa-ANMV, BP 90203
35302 Fougères Cedex
c.guittre@anmv.afssa.fr
**Afssa-ANMV, BP 90203
35302 Fougères Cedex
c.guittre@anmv.afssa.fr
***Afssa-ANMV, BP 90203
35302 Fougères Cedex
c.guittre@anmv.afssa.fr
****Afssa-ANMV, BP 90203
35302 Fougères Cedex
c.guittre@anmv.afssa.fr
*****Afssa-ANMV, BP 90203
35302 Fougères Cedex
c.guittre@anmv.afssa.fr

L’efficacité d’un vaccin ne peut être remise en cause que si les indications et précautions d’emploi du RCP sont respectées.

Chez les bovins, 61 % des déclarations relatives à une suspicion de manque d’efficacité concernent les vaccins [1]. Or la prudence s’impose avant de présumer de l’inefficacité d’un vaccin destiné par exemple à protéger contre les affections respiratoires des bovins. Le manque d’efficacité de ces médicaments ne peut s’apprécier que par rapport aux données qui figurent dans les résumés des caractéristiques du produit (RCP)((1)). Parmi les essais imposés pour la demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM), ceux qui sont réalisés ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...