Le point Vétérinaire n° 293 du 01/03/2009
 

Alimentation et taux butyreux

Mise à jour

LE POINT SUR…

Jocelyn Dubuc*, Jean Baril**, Brian McBride***


*Department of Population Medicine
Ontario Veterinary College
University of Guelph
Guelph, Ontario, N1G 2W1, Canada
**Elanco Santé Animale
150 Research Lane, Suite 120
Guelph, Ontario, N1G 4T2, Canada
***Department of Animal and Poultry Science
University of Guelph
Guelph, Ontario, N1G 2W1, Canada

La prévention du syndrome de dépression de la matière grasse du lait repose sur une réduction des facteurs d’altération de la fermentation ruminale et de l’apport en acides gras polyinsaturés.

Résumé

Les conditions nécessaires à l’apparition d’un syndrome de dépression de la matière grasse du lait sont un apport en acides gras polyinsaturés dans la ration des vaches et une altération de la fermentation du rumen. Selon que la fermentation ruminale est normale ou altérée, le processus de biohydrogénation de l’acide linoléique (abondant dans les huiles et les grains) aboutit à la formation de différents acides gras intermédiaires dans le rumen. De petites quantités pas totalement hydrogénées de ces molécules se retrouvent dans la circulation sanguine, et certaines, dans la glande mammaire, ont un effet inhibiteur sur la lipogenèse.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...