Le point Vétérinaire n° 293 du 01/03/2009
 

Réanimation médicale canine

Fiche clinique

Maude Touret*, Soren Boysen**, Marie-Ève Nadeau***


*Faculté de médecine vétérinaire, CP 5000, St-Hyacinthe, J2S 7H2 Canada
**Faculté de médecine vétérinaire, CP 5000, St-Hyacinthe, J2S 7H2 Canada
***Faculté de médecine vétérinaire, CP 5000, St-Hyacinthe, J2S 7H2 Canada

Appareils de mesure

• En pratique, les cliniciens ont désormais à leur disposition plusieurs types d’analyseurs portatifs pour la mesure des lactates sanguins. Ces analyseurs sont facilement accessibles, peu coûteux (250 € en moyenne) et pratiques d’utilisation. Ils sont globalement aussi simples à utiliser qu’un glucomètre. Ils nécessitent seulement 5 µl de sang (une goutte) et donnent généralement un résultat dans la minute.

• Une étude sur la mesure des lactates sanguins chez le chien compare plusieurs analyseurs portables avec une méthode de dosage de référence réalisée en laboratoire [3]. Parmi les analyseurs testés, à savoir l’Accutrend®Lactate, le LactatePro®, le Lactate Scout® et l’iSTAT®, la meilleure corrélation est obtenue avec le LactatePro®. Il existe une bonne corrélation avec l’analyseur Vet-Test® d’après le laboratoire, mais la mesure ne peut s’effectuer que sur plasma, donc cet appareil est peu pratique en urgence car la centrifugation préalable fait perdre du temps.

Site de ponction

Le site de ponction peut avoir une influence mineure sur le dosage des lactates, particulièrement quand le prélèvement s’effectue au niveau de veines périphériques qui ont tendance à refléter la concentration locale en lactates plutôt que la lactatémie générale de l’organisme. Plusieurs études montrent qu’il existe des différences significatives selon le site de ponction, toutefois celles-ci sont sans conséquence clinique [16]. Les prélèvements à la veine de l’oreille sont déconseillés [14].

En théorie, le sang artériel est plus représentatif de la concentration systémique en lactates, puisque non influencé par les variations locales de lactates. Ces différences, certes statistiquement significatives, n’ont là encore aucune répercussion clinique.

Une augmentation cliniquement significative du taux de lactates peut être notée après une occlusion ou une compression prolongée de la veine (30 à 60 s). Ainsi, pour doser les lactates sanguins, le prélèvement s’effectue avec la méthode “free-flow” [29]. Cette dernière consiste en une légère compression veineuse pour visualiser le site de ponction, et une fois l’aiguille dans la veine, la pression est relâchée et le sang prélevé.

Conservation des échantillons

• La mesure des lactates sanguins à partir de plasma ou de sang total est significativement différente [36]. Elle est plus élevée si elle est réalisée sur du plasma ou du sérum par rapport au sang total [39]. Cette différence est statistiquement significative, mais n’a pas d’influence clinique. Pour des raisons pratiques, la mesure des lactates s’effectue directement sur sang total [39].

• Étant dépourvues de mitochondrie, les hématies sont des cellules productrices de lactates. Cette production continue après le prélèvement. Ainsi, la concentration en lactates augmenterait de plus de 10 % en 15 minutes [20]. Quoi qu’il en soit, cette augmentation pourrait avoir des répercussions non négligeables sur le diagnostic ou sur la prise en charge thérapeutique de l’animal. C’est pourquoi il convient d’analyser l’échantillon dans les cinq minutes suivant le prélèvement [20].

• Si la mesure des lactates ne peut s’effectuer immédiatement, l’échantillon sanguin est conservé dans un tube contenant du fluoride de sodium (NaF), qui inhibe plusieurs enzymes de la glycolyse. La conservation sur glace peut ralentir la production de lactates mais ne l’arrête pas. Une étude rapporte qu’il n’existe aucun effet significatif du temps de conservation, ni de la température sur les mesures de lactates plasmatiques, à condition que le sang prélevé soit placé dans un tube NaF et immédiatement centrifugé [13].

• Pour le choix de l’anticoagulant, le citrate est déconseillé car il se lie aux lactates, il en résulte une mesure de la lactatémie plus basse qu’elle ne l’est en réalité [39]. L’EDTA est déconseillé également car il influence significativement la mesure des lactates [20, 36]. L’héparine (sodium ou lithium) est l’anticoagulant recommandé pour la mesure des lactates [20, 36].

En résumé, les conditions idéales de prélèvements sanguins pour une mesure des lactates sont :

- une analyse dans les cinq minutes ;

- un prélèvement de sang total ;

- un tube ou une seringue hépariné [20].

Autres facteurs

• Mis à part les autres causes d’hyperlactatémie détaillées précédemment, la mesure des lactates sanguins peut être influencée par d’autres paramètres. Le stress peut provoquer une augmentation des lactates sanguins due à la décharge transitoire de catécholamines [31]. Aucune étude clinique n’a été réalisée chez le chien, mais une équipe rapporte, chez le chat, une augmentation considérable de la valeur des lactates sanguins (x 10) lorsque les animaux sont stressés [29]. Ainsi, il convient de réaliser le prélèvement sanguin dans les conditions les moins stressantes possibles pour l’animal.

• Une fluidothérapie intraveineuse a une influence sur la mesure des lactates sanguins. Plusieurs facteurs entrent en jeu : le type de soluté, le débit et la durée d’administration, mais aussi le statut de l’animal. La solution de lactate de Ringer (LRS) contient 28 mEq/l de lactates généralement sous forme d’un mélange racémique, 50 % de L-lactates et 50 % de D-lactates [9]. Chez l’homme en bonne santé, l’administration d’un bolus de 15 à 20 ml/kg/h de LRS pendant une heure ou celle de LRS ou de saline à un débit de 1l/h n’a pas d’influence sur la mesure des lactates sanguins [10, 29]. En revanche, l’administration de solutés dextrosés au même débit provoque une augmentation significative de la mesure des lactates sanguins dans cette étude [10]. Aussi, une possible augmentation de la lactatémie pourrait se produire juste après l’initiation de la fluidothérapie à la suite de relargage des déchets tissulaires (dont les lactates) dans la circulation sanguine [9].

Le statut de l’animal pourrait aussi probablement influencer la mesure des lactates sanguins, par exemple un chien atteint de lymphome présenterait un métabolisme glucidique particulier ne lui permettant pas de prendre en charge les lactates qui lui seraient apportés par un plan de fluidothérapie à base de LRS [38].

Des études réalisées in vitro démontrent que l’addition de LRS ou de dextrose 5 % dilué dans du LRS dans un tube de sang augmente significativement la mesure des lactates, de façon volume-dépendant [17]. À l’inverse, l’ajout d’autres solutions ne contenant pas de lactates dans les tubes de sang diminue significativement le dosage des lactates, de façon là encore volume-dépendant, reflétant un effet de dilution [17]. Ces observations ont des répercussions lors de prélèvements sanguins réalisés à partir d’un cathéter préalablement mis en place pour fluidothérapie. Ainsi, le faible volume de fluide contenu dans le cathéter, si celui-ci est mal rincé, influence de manière significative la mesure de la lactatémie : fausse hyperlactatémie si la fluidothérapie contient des lactates et effet de dilution si la fluidothérapie ne contient pas de lactates [17]. Il est donc préférable d’éviter de réaliser la mesure des lactates sur du sang prélevé au niveau d’un cathéter.

Prise en charge thérapeutique d’un animal hyperlactatémique

FC : fréquence cardiaque ; TCR : temps de recoloration capillaire ; bpm : battements par minute ; PA : pression artérielle ; PVC : pression veineuse centrale. D’après M. Touret.