Le point Vétérinaire n° 292 du 01/01/2009
 

Soins intensifs du chien et du chat

Pratique

PAS À PAS

Patrick Bergeaud*, Guillaume Derré**


*Clinique vétérinaire
1, promenade Georges Pompidou, 13008 Marseille
**Clinique vétérinaire
1, promenade Georges Pompidou, 13008 Marseille

Cette sonde permet une alimentation entérale à moyen et long termes.

La pose d’une sonde gastrique par voie endoscopique percutanée, ou sonde de GPE (ou PEG pour percutaneous endoscopic gastrostomy), permet une nutrition entérale via une gastrostomie.

Les indications sont nombreuses. Une sonde de GPE est posée chaque fois qu’il est nécessaire de court-circuiter la cavité buccale et l’œsophage. C’est le cas lors de traumatisme cranio-facial ou d’affection de l’œsophage : plaie ou suture, malformation (sténose, diverticule œsophagien), œsophagite, mégaœsophage. Elle est aussi indiquée en soins palliatifs ou intensifs (alimentation de soutien à un animal polytraumatisé, en chimiothérapie) ou en phase postopératoire lorsque le risque d’iléus est élevé.

Une anesthésie générale de courte durée est requise pour cette procédure. Une diète de 12 heures est recommandée.

La sonde utilisée est celle de Pezzer (Ch 16 à 18 selon la taille de l’animal) modifiée afin de rendre son retrait impossible. Pour cela, un morceau de la sonde, découpé à son extrémité proximale, est glissée jusqu’à son extrémité opposée boutonnée. Cette adaptation permet de plaquer fermement la paroi gastrique à la paroi abdominale et garantit l’étanchéité de la stomie.

Le matériel nécessaire à la pose d’une sonde de GPE est constitué d’un gastroscope, d’une petite trousse de suture (bistouri, porte-aiguille, pince à dents de souris), d’une aiguille de gros diamètre, d’un cône pipeteur, d’un fil de nylon et d’un fil de suture cutanée. Il est toutefois possible de poser des sondes de gastrostomie percutanée sans l’aide d’un endoscope. Des kits existent à cet usage. Cependant, l’endoscopie permet de vérifier le bon positionnement de la sonde. Les soins postopératoires consistent en une désinfection biquotidienne de la stomie. Les contre-indications à la pose d’une sonde de GPE sont une lésion pariétale de la grande courbure de l’estomac (inflammation, néoplasie), des troubles de la coagulation, un iléus paralytique, une péritonite, un épanchement abdominal ou une obésité sévère. L’alimentation liquide et l’abreuvement se font exclusivement par cette voie pendant au moins huit jours afin que les adhérences entre la paroi abdominale et l’estomac soient bien étanches. La sonde peut être laissée en place pendant plusieurs semaines si cela est nécessaire.

Son retrait ne doit pas être effectué moins de huit jours après la pose. La sonde est coupée près de la peau et la tête de celle de Pezzer peut être laissée dans l’estomac pour être évacuée par les voies naturelles (sauf chez les chiens de moins de 8 kg, pour lesquels il est préférable de la récupérer par gastroscopie). La stomie se referme spontanément en quelques jours par seconde intention.

Les complications majeures sont une désunion de la stomie à la suite d’une pose défaillante ou sa déhiscence pendant la période de cicatrisation, qui peut entraîner une péritonite. Les complications mineures sont une infection péristomale et des troubles digestifs (nausées, vomissements et diarrhée).

Gastrostomie Une incision de la peau et de la paroi gastrique est pratiquée le long de l’aiguille, l’estomac étant bien insufflé. Le fil est tiré vers l’extérieur, ce qui permet de faire sortir le cône et la sonde qui lui est solidaire.

Fixation de la sonde La sonde est solidement fixée à la peau par un laçage chinois. Pour assurer l’arrimage, un morceau de sonde prélevé à son extrémité libre peut être glissé, de la même manière que le morceau plaqué contre l’extrémité boutonnée.

Sonde de Pezzer modifiée La sonde de gastrostomie percutanée endoscopique correspond à une sonde de Pezzer à laquelle est ajouté à son extrémité un dispositif de sécurité qui prévient un retrait accidentel de la sonde. Il est constitué d’un segment de la sonde perforé transversalement et glissé sur celle-ci jusqu’au “bouton” terminal.

Positionnement de l’animal L’animal est placé en décubitus latéral droit et la zone du flanc gauche (zone de projection de la grande courbure de l’estomac) est préparée chirurgicalement. La lumière du gastroscope permet de repérer le site de ponction.

Ponction de la grande courbure Après insufflation dans l’estomac, l’endoscope est dirigé vers la paroi externe au niveau du corps gastrique. La lumière de l’endoscope est visualisée à travers la peau et permet ainsi de repérer la grande courbure. Sur ce repère, une ponction avec une aiguille de gros diamètre est réalisée. Un monofilament de nylon 0 (décimale 3,5) est introduit dans l’estomac par l’aiguille.

Ponction de la grande courbure Après insufflation dans l’estomac, l’endoscope est dirigé vers la paroi externe au niveau du corps gastrique. La lumière de l’endoscope est visualisée à travers la peau et permet ainsi de repérer la grande courbure. Sur ce repère, une ponction avec une aiguille de gros diamètre est réalisée. Un monofilament de nylon 0 (décimale 3,5) est introduit dans l’estomac par l’aiguille.

Préhension du fil de guidage Le fil est récupéré par voie endoscopique grâce à une pince à corps étranger et sorti vers la gueule. Il est passé par la pointe d’un cône de pipeteur qui va servir de guide à la sonde.

Préhension du fil de guidage Le fil est récupéré par voie endoscopique grâce à une pince à corps étranger et sorti vers la gueule. Il est passé par la pointe d’un cône de pipeteur qui va servir de guide à la sonde.

Montage du fil sur la sonde Le fil est ensuite fixé à l’extrémité distale (à l’opposé du “champignon”) de la sonde de gastrostomie, qui vient se loger dans le cône.

Montage du fil sur la sonde Le fil est ensuite fixé à l’extrémité distale (à l’opposé du “champignon”) de la sonde de gastrostomie, qui vient se loger dans le cône.

Guidage de la sonde Une traction est exercée sur le fil, sur le chef libre situé à l’extérieur. Ce fil entraîne avec lui à la fois le cône et la sonde qui lui est solidaire jusqu’à ce qu’il bute sur la grande courbure.

Gastrostomie Une incision de la peau et de la paroi gastrique est pratiquée le long de l’aiguille, l’estomac étant bien insufflé. Le fil est tiré vers l’extérieur, ce qui permet de faire sortir le cône et la sonde qui lui est solidaire.