Le point Vétérinaire n° 291 du 01/12/2008
 

Zootechnie et pharmacologie

Mise à jour

LE POINT SUR…

Fatah Bendali*, Philippe Roussel**


*Institut de l’ élevage
149, rue de Bercy
75595 Paris Cedex 12
**Institut de l’ élevage 149, rue de Bercy 75595 Paris Cedex 12

Les anti-infectieux sont la principale source de pénalisation des transformations laitières. L’ effet d’ autres résidus potentiellement inhibiteurs a parfois été recherché, sans grands résultats.

Résumé

La présence des inhibiteurs dans le lait peut ralentir ou bloquer les fermentations sur lesquelles reposent un certain nombre de fabrications. Les antibiotiques et les sulfamides vétérinaires dominent, car ils sont à l’ origine de plus de trois quarts des accidents inhibiteurs. Un rinçage défectueux du matériel de traite après désinfection peut affecter accidentellement la transformation laitière. Pour d’ autres substances, médicamenteuses ou non, susceptibles d’ être retrouvées dans le lait, les données font défaut ou le potentiel inhibiteur n’ est pas suffisamment puissant aux concentrations observées, comme pour les anthelmintiques, sauf peut-être les benzimidazoles, qui n’ ont pourtant pas d’ activité antimicrobienne.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...