Le point Vétérinaire n° 290 du 01/11/2008
 

Cardiologie canine

Cas clinique

Émilie Trehiou*, Valérie Chetboul**, Carolina Carlos Sampedrano***, Vassiliki Gouni****, Jean-Louis Pouchelon*****


*Unité de cardiologie, ENV d’Alfort, 7, avenue du Général-de-Gaulle, 94700 Maisons-Alfort
**Unité de cardiologie, ENV d’Alfort, 7, avenue du Général-de-Gaulle, 94700 Maisons-Alfort
***Unité de cardiologie, ENV d’Alfort, 7, avenue du Général-de-Gaulle, 94700 Maisons-Alfort
****Unité de cardiologie, ENV d’Alfort, 7, avenue du Général-de-Gaulle, 94700 Maisons-Alfort
*****Unité de cardiologie, ENV d’Alfort, 7, avenue du Général-de-Gaulle, 94700 Maisons-Alfort

Un chien bouvier bernois âgé de deux ans est référé pour un second avis sur une sténose pulmonaire suspectée par le vétérinaire traitant.

Aucun signe clinique ni antécédent n’est rapporté, et aucun traitement n’a été mis en place. À l’examen clinique, l’animal est en bon état général. L’examen cardiovasculaire révèle une fréquence cardiaque de 100 battements par minute, un rythme régulier, ainsi qu’un pouls frappé et synchrone. De plus, un souffle systolique basal gauche d’intensité 4/6 est mis en évidence.

Diagnostic

Un examen échocardiographique est réalisé afin de confirmer l’hypothèse et le type de sténose. La coupe temps-mouvement transventriculaire met en évidence une hypertrophie et une dilatation nette du ventricule droit. Un aplatissement du septum interventriculaire et une diminution de diamètre du ventricule gauche sont également notés. À l’examen en mode bidimensionnel, l’atrium droit est dilaté et l’atrium gauche est normal. Au Doppler couleur, la coupe petit axe transaortique confirme la présence d’une obstruction au flux pulmonaire systolique. Cette sténose, exclusivement sous-valvulaire, consiste en une bride fibreuse dans l’infundibulum, implantée sur la paroi ventriculaire droite loin des valvules sigmoïdes du tronc pulmonaire dont l’aspect est normal (2,5 cm) (figure 1). Au Doppler couleur, aucun obstacle au flux sanguin n’est observé à leur ouverture en régions supravalvulaire et sous-valvulaire proximale (figure 2). Le Doppler continu révèle un flux pulmonaire systolique de vitesse maximale très élevée 8,1 m/s (correspondant à un gradient systolique de 264 mmHg entre le ventricule droit et le tronc pulmonaire), permettant de qualifier cette sténose de “très importante”. Les propriétaires ne souhaitant pas de traitement chirurgical, de l’aténolol est prescrit par voie orale à la dose de 0,28 mg/kg/j (Ténormine 50 ®).

Un contrôle échocardiographique six mois plus tard révèle une diminution du gradient sténotique, qui reste cependant très élevé (202 mmHg). L’hypertrophie et la dilatation ventriculaires droites sont moins importantes, et l’atrium droit est à présent dans les limites supérieures des valeurs usuelles. Le traitement étant bien toléré, une augmentation de dose de 0,28 à 0,56 mg/kg/j est conseillée.

Discussion

La sténose pulmonaire est une des anomalies congénitales les plus fréquentes chez le chien [2]. Elle est le plus souvent valvulaire, mais peut être sous- ou supravalvulaire. Les sténoses infundibulaires correspondent à une forme particulière et très rare de sténoses sous-valvulaires. Elles ont la particularité de diviser le ventricule droit en deux chambres : une proximale à haute pression et l’autre distale à basse pression [3]. Ces sténoses consistent en de fines membranes fibreuses (comme dans le cas décrit) ou en de véritables bandes musculaires ou fibromusculaires. Diverses corrections chirurgicales de ce type d’obstruction intraventriculaire sont possibles, cependant peu de cas ont été rapportés [1, 3]. Une technique récente utilisant une suture en bourse en regard du site d’obstruction a donné d’excellents résultats chez deux chiens, aucun suivi à long terme n’étant cependant disponible [3]. Seules les sténoses dues aux membranes fibreuses sont de bonnes indications à ce type d’opération [3]. Lors de sténose pulmonaire, il est primordial d’en estimer la gravité, mais aussi de déterminer la localisation et la morphologie précise de l’obstacle, afin de pouvoir orienter les propriétaires vers l’option thérapeutique la mieux adaptée.

Références

  • 1 - Martin JM, Orton C, Boon JA et coll. Surgical correction of double-chambered right ventricle in dogs. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2002;220:770-774.
  • 2 - McDonald KA. Congenital heart diseases of puppies and kittens. Vet. Clin. North Am. Small Anim. 2006;36:503-531.
  • 3 - Minors SL, O’Grady MR, Williams RM et coll. Clinical and echocardiographic features of primary infundibular stenosis with intact ventricular septum in dogs. J. Vet. Intern. Med. 2006;20:1344-1350.

Figure 1 : Examen au mode bidimensionnel, coupe petit axe transaortique, réalisée par voie para­sternale droite : présence d’une fine bande fibreuse dans la chambre de chasse du ventricule droit (flèche orange), divisant cette dernière en une chambre proximale (CCVD) et une chambre distale (INF). La valve pulmonaire (VP) est visible distalement. Ao : aorte ; AG : atrium gauche ; CCVD : chambre de chasse ventriculaire droite proximale ; INF : infundibulum ; VP : valve pulmonaire.

Figure 2 : Examen au Doppler couleur, même coupe que la précédente : l’accélération du flux sortant s’effectue en regard de la bande fibreuse, dans la chambre de chasse du ventricule droit. En revanche, aucun aliasing n’est présent en regard de la valve pulmonaire, confirmant la classification de sténose exclusivement sous-valvulaire et de type infundibulaire. Ao : aorte ; AG : atrium gauche ; CCVD : chambre de chasse ventriculaire droite proximale ; INF : infundibulum ; VP : valve pulmonaire.