Le point Vétérinaire n° 290 du 01/11/2008

Orthopédie canine

Mise à jour

LE POINT SUR…

Matthieu Gatineau*, Jacques Dupuis**, Jérôme Planté***, Alexander de Oliveira El Warrak****


*Centre vétérinaire DMV
2300, 54e Avenue, Lachine
Québec H8T 3R2 Canada
**Centre vétérinaire DMV
2300, 54e Avenue, Lachine
Québec H8T 3R2 Canada
***Centre vétérinaire DMV
2300, 54e Avenue, Lachine
Québec H8T 3R2 Canada
****Centre hospitalier universitaire vétérinaire
Faculté de médecine vétérinaire
Université de Montréal
3200 rue Sicotte
CP 5000, Saint-Hyacinthe
Québec, Canada, J2S 2M2

L’ostéotomie de nivellement du plateau tibial et l’avancement de la tubérosité tibiale, deux techniques de stabilisation dynamique du grasset lors de rupture du LCC, sont présentées et discutées.

Résumé

Les techniques de nivellement du plateau tibial (TPLO) et d’avancement de la tubérosité tibiale (TTA) permettent une stabilisation dynamique de l’articulation du grasset en neutralisant la poussée tibiale craniale du tibia lors de la mise en charge de celui-ci. Un plan préopératoire rigoureux est indispensable et une attention particulière à plusieurs détails techniques est primordiale pour réussir ces procédures chirurgicales et prévenir les complications potentielles. Les principales complications regroupent les infections, le bris ou le descellement d’implants, les fractures de la tubérosité tibiale et les lésions méniscales ultérieures. Ces deux méthodes permettent au membre opéré de recouvrer une fonction normale dans la plupart des cas. Cependant, les études cliniques concernant le TTA sont encore peu nombreuses.

La rupture complète ou partielle du ligament croisé cranial (LCC) est une des affections orthopédiques les plus fréquemment diagnostiquées chez le chien [19, 48, 57, 72, 74, 75, 77, 108, 111]. C’est en 1952 que le premier traitement chirurgical a été décrit, alors que Paatsama s’inspirait des procédures effectuées en médecine humaine pour développer une technique intracapsulaire [97, 109]. Depuis, de nombreuses méthodes ont été décrites, avec un taux de réussite de l’ordre de 85 à 90 % [73, 109]. Une ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK