Le point Vétérinaire n° 289 du 01/10/2008
 

Médecine interne féline

Mise à jour

LE POINT SUR…

Kevin Le Boedec

ENV d'Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort

L’examen physique attentif de l’appareil respiratoire permet de relever l’ensemble des signes fonctionnels et de les analyser pour choisir judicieusement les examens complémentaires à réaliser.

Résumé

Il existe trois types de dyspnée : la dyspnée obstructive, la dyspnée restrictive et la discordance.

L’allongement d’un des temps de la respiration caractérise la dyspnée obstructive.

La présence d’autres signes cliniques (éternuements, jetage, stridor, stertor, toux, etc.) précise la localisation de l’obstruction. Lors de dyspnée restrictive, l’harmonie respiratoire entre les deux temps est conservée. Le mode d’évolution, aigu ou chronique, permet d’envisager un diagnostic différentiel adapté. La discordance, quant à elle, possède une grande valeur sémiologique car elle renvoie à un faible nombre de causes possibles. Les commémoratifs, l’anamnèse et l’examen clinique permettent d’établir un diagnostic différentiel précis, mais des examens complémentaires (radiographie, notamment) sont indispensables pour confirmer une hypothèse.

Enfin, la dyspnée n’est parfois que le signe facultatif d’une maladie systémique.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...