Le point Vétérinaire n° 289 du 01/10/2008

Cardiologie féline

Mise à jour

LE POINT SUR…

Perrine Guillerey*, Fabien Arnault**, Jean-Luc Cadoré***, Isabelle Bublot****


*Service de cardiologie
ENV de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-L’Étoile
**Service de cardiologie
ENV de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-L’Étoile
***Service de cardiologie
ENV de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-L’Étoile
****Service de cardiologie
ENV de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-L’Étoile

Myocardiopathie, hyperthyroïdie et processus néoplasiques sont les facteurs de risque de thrombo-embolie aortique. La paralysie des membres et l’hypothermie ont une valeur pronostique négative.

Résumé

L’agrégation plaquettaire à l’origine de la formation d’un thrombus est associée à la présence de facteurs favorisants que constitue la triade de Virchow. Le thrombus quitte son site de formation, plus fréquemment l’atrium ou l’auricule gauche, et obstrue une artère, l’aorte dans la majorité des cas.

L’embole libère des substances vasoactives plaquettaires, à l’origine d’une neuro-myopathie ischémique.

Les affections myocardiques sont le principal facteur de risque de thrombo-embolie aortique (TEA). De faible prévalence, la TEA est essentiellement rencontrée chez des chats mâles d’âge moyen, et se manifeste par une parésie ou une paralysie d’un ou des deux membres pelviens.

Les désordres biochimiques et hématologiques sont secondaires à la douleur, à l’état de choc et à la reperfusion tissulaire.

La radiographie thoracique et l’échocardiographie sont des examens complémentaires essentiels pour l’établissement d’un traitement et d’un pronostic.

Décrite pour la première fois par Collet en 1930, la thrombo-embolie aortique, complication grave d’une affection myocardique, est une des causes les plus courantes de parésie postérieure chez le chat [3]. Si lors d’accidents thrombo-emboliques, le thrombus se loge souvent au niveau de la trifurcation aortique (plus de 90 % des cas), d’autres vaisseaux peuvent être le siège d’une thrombo-embolie, notamment les artères brachiales, les vaisseaux mésentériques, cérébraux ou pulmonaires [12]. Le tableau clinique, moins caractéristique lorsque les membres ne sont ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK