Le point Vétérinaire n° 289 du 01/10/2008
 

Orthopédie canine

Pratique

PAS À PAS

Isabelle Valin*, Michel Baron**, Fabien Allard***


*5, rue Fernet 94700 Maisons-Alfort
**5, rue Fernet 94700 Maisons-Alfort
***5, rue Fernet 94700 Maisons-Alfort

L’arthrographie de l’épaule permet de préciser ses structures anatomiques.

• L’arthrographie est un examen complémentaire, facile à réaliser pour examiner l’épaule du chien. Elle associe arthrocentèse et radiographie par contraste positif.

La technique consiste en l’injection intra-articulaire d’un produit de contraste iodé (Hexabrix®(1)) qui permet de délimiter les structures intra-articulaires que sont : les cartilages articulaires, les culs-de sac synoviaux et le tendon d’origine du muscle biceps brachial. Elle est réalisée sous anesthésie générale et après une préparation aseptique de la face latérale de l’épaule. Les repères à connaître sont le tubercule majeur, cranio-latéral, l’acromion latéral, et le tendon d’insertion de la partie acromiale du muscle deltoïde.

• Le matériel nécessaire consiste en une aiguille de 8 G (verte), de 25 à 50 mm de long selon la taille de l’animal, une seringue de 2 ml pour aspirer le liquide synovial, une seringue de 5 ml contenant le produit de contraste. Ce dernier est dilué pour atteindre une concentration d’iode de 20 mg par ml, soit 2,4 ml d’Hexabrix 320®(1) dans 1 ml de Xylovet® pour un chien qui pèse 30 kg. Le volume à injecter est de l’ordre de 1,2 ml pour 10 kg.

• Les clichés radiographiques sans préparation, réalisés dans des positions standardisées (face et profil) permettent de diagnostiquer certaines affections : la plupart des cas de fracture, de luxation, d'ostéochondrose, les tumeurs osseuses. L'arthrographie permet de confirmer et de préciser les lésions identifiées à l’examen radiologique (fractures parcellaires, instabilités, lésions associées aux instabilités), d’établir un diagnostic différentiel entre ostéochondrose et ostéochondrite disséquante et d’évaluer un processus dégénératif. De plus, elle permet l’identification de certaines lésions des tissus mous articulaires : le dépistage de souris articulaires non calcifiées (notamment dans la coulisse du biceps), de ténosynovite bicipitale, de déchirure partielle ou totale du tendon d’origine du muscle biceps brachial, de désinsertion du tendon du muscle sous-scapulaire, de certaines déchirures capsulaires et de tumeurs des tissus mous (synovialosarcome). La simple arthrocentèse permet d’étudier macroscopiquement les qualités du liquide synovial dans sa quantité, sa couleur, sa viscosité.

• Il n’existe pas de contre-indication à la réalisation d’une arthrographie, à l’exception d’une pyodermite sur la zone d’injection ou d‘une allergie connue à l’iode. Aucune complication n’est à craindre si la préparation et la manipulation sont effectuées selon les règles de l’asepsie. Une erreur d’injection (injection extracapsulaire) est résorbée sans conséquence. Elle rend toutefois l’interprétation des images impossible.

  • (1) Médicament humain.

Prise des repères anatomiques Le membre est tenu dans le plan de l’articulation, l’épaule semi-fléchie et l’humérus légèrement tracté. Le point de pénétration se situe à l’intersection entre une première ligne fictive tracée à l’horizontale du rebord caudal du tubercule majeur, à hauteur de l’espace articulaire estimé et une seconde ligne longeant la partie tendineuse de l’insertion acromiale du muscle deltoïde.

Arthrocentèse Une position correcte de l’aiguille dans l’espace articulaire doit être vérifiée par le prélèvement de liquide synovial. Dans une articulation normale, 0,1 à 0,2 ml de synovie filante est ponctionné. Toute quantité supérieure à 0,5 ml révèle un épanchement articulaire qui signe une inflammation articulaire. Le produit de contraste est injecté sans résistance.

Arthrocentèse Une position correcte de l’aiguille dans l’espace articulaire doit être vérifiée par le prélèvement de liquide synovial. Dans une articulation normale, 0,1 à 0,2 ml de synovie filante est ponctionné. Toute quantité supérieure à 0,5 ml révèle un épanchement articulaire qui signe une inflammation articulaire. Le produit de contraste est injecté sans résistance.

Aspect macroscopique de la synovie Il est intéressant d’étudier l’aspect macroscopique du liquide synovial (quantité, couleur, viscosité), d’en mesurer le taux de protéines et de pratiquer une analyse cytologique. Si une arthrite septique est suspectée, il convient de réaliser une culture bactérienne et un antibiogramme.

Arthrographie normale : cliché de face Des clichés radiographiques de face et de profil sont réalisés dans les minutes qui suivent l’injection après une mobilisation douce de l’articulation pour permettre la répartition du mélange. 1 - Cartilage articulaire scapulaire. 2 - Cul-de-sac médial avec empreinte du ligament collatéral médial. 3 - Tendon d’origine du musle biceps brachial. 4- Vaginale bicipitale.

Arthrographie normale : cliché de profil 1 - Cartilage articulaire scapulaire. 2 - Cartilage articulaire huméral. 3 - Cul-de-sac caudal. 4 - Tendon d’origine du muscle biceps brachial. 5 - Vaginale bicipitale.

Luxation cranio-latérale Cliché sans et avec préparation. Une absence de produit de contraste dans la coulisse bicipitale, des fuites médiale et latérale de celui-ci et le défaut de marquage du ligament collatéral médial sont observés.

Luxation cranio-latérale Cliché sans et avec préparation. Une absence de produit de contraste dans la coulisse bicipitale, des fuites médiale et latérale de celui-ci et le défaut de marquage du ligament collatéral médial sont observés.

Ostéochondrite disséquante et souris Noter le passage du liquide de contraste entre le cartilage articulaire et l’os sous-chondral.

Ostéochondrite disséquante et souris Noter l’image par soustraction en goutte d’eau dans la coulisse du biceps (souris cartilagineuse) en plus du volet sous-chondral.

Rupture du tendon d’origine du muscle biceps Noter le défaut de pénétration du liquide de contraste dans la coulisse bicipitale et l’absence de visualisation du tendon : images caractéristiques de rupture du tendon d’origine du muscle biceps brachial.

Synovialosarcome Cliché sans et avec préparation. Noter l’anomalie : disparition de l’harmonie de répartition du produit de contraste. Cette image peut être similaire à celle obtenue lors d’arthrite septique. Une analyse bactériologique du liquide synovial permet alors d’établir le diagnostic.

Synovialosarcome Cliché sans et avec préparation. Noter l’anomalie : disparition de l’harmonie de répartition du produit de contraste. Cette image peut être similaire à celle obtenue lors d’arthrite septique. Une analyse bactériologique du liquide synovial permet alors d’établir le diagnostic.