Le point Vétérinaire n° 287 du 01/07/2008
 

Antibiothérapie et antibioprophylaxie

Mise à jour

LE POINT SUR…

Romain Béraud Jérôme Del Castillo*, Louis Huneault**


*Service de chirurgie des petits animaux
Faculté de médecine vétérinaire CP 5000 Saint-Hyacinthe Canada
**Service de chirurgie des petits animaux
Faculté de médecine vétérinaire CP 5000 Saint-Hyacinthe Canada

L’antibiorésistance fait débat en médecine vétérinaire. À travers l’exemple des résistances aux fluoroquinolones, les moyens de lutte contre le développement de ce phénomène sont explorés.

Résumé

Le développement d’une antibiorésistance s’effectue en trois étapes : une mutation conférant un certain degré de résistance vis-à-vis d’un antibiotique, la sélection secondaire à une exposition ultérieure de la bactérie mutante à l’antibiotique concerné et la propagation. Des populations dites “réservoirs” permettent en outre la persistance de bactéries résistantes. Les fluoroquinolones sont une classe d’antibiotiques particulièrement touchée. Les animaux de rente, comme les porcs et les volailles, sont plus concernés, notamment en raison de l’usage d’antibiotiques en prophylaxie et/ou comme promoteurs de croissance. Afin de limiter l’expansion de ces résistances, diverses recommandations sont édictées, visant à raisonner l’emploi des antibiotiques et à prévenir la dissémination des souches bactériennes résistantes existantes.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...